24-IMG_3526

 

Téké du mas des roches    

sur la garrigue sèche    

la caresse oscillante des lavandes    

accompagne le jour qui tombe.        

 

 

Sur les genoux de la patronne    

le chien Obiwane    

se la fait belle    

gueule ouverte et langue pendante.        

 

En passant par là    

les cheveux rebelles      

et l'œil farouche    

augurent d'un bel automne.        

 

Chute des marrons    

sur la dalle de basalte    

bogues éclatées et poussière levée

les enfants s'encanaillent.        

 

Au creux du canapé    

sourd aux cris outragés    

tu compulses et accrédites    

la complicité d'échanges francs.         

 

L'accordéon gouailleur    

soulève la joie et la romance    

près du tam-tam de l'entrée    

que garde Joé.        

 

Et l'acier au plat du pied    

la sciure ronge les poches    

de sueur craquelée    

chapeau ferré à large bord.        

 

De nos mains    

mouchoir agité    

de par le monde    

acueillir le soileil couchant.        

 

Il n'est d'argent    

que le menton de mère grand    

de poussière d'or étoilée    

parsème sur la murette.        

 

Croquez la saucisse    

dans sa moutarde brune    

papotez en cadence    

chemise ouverte et chique au coin des lèvres.               

 

Permets lui de revenir    

sois le fanal des travaux et des jours    

sur le front du bonheur    

à l'heure dites.        

 

Balance balance    

la chaise des quatre saisons    

sur la terrasse de bois peint    

au son des pics épeiches.        

 

Riez messeigneurs de la plaine    

du crépu de leurs rires    

s'exhale l'odeur des noix pilées    

sur un air de bastringue.        

 

Téké se plaît    

à la bricole vraie    

en cette lumineuse aventure    

aux rhizomes des choses simples.        

 

 

 

657