IMG_9001

 

 Ce m'échappe et me fuit 

cette ombre dernière    

effondrement des preuves    

à tout sujet choisi.        

 

 

Il me sied d'être las     

au couchant de l'esprit    

aux criques sifflantes    

d'un vieil océan.        

 

Et je n'ai rien    

rien que le pleur de ma mie    

sous la tonnelle    

pour respirer la nuit.        

 

Fusion du temps    

aux arbres courbés    

ceints de brumes    

au creux des vagues grises.        

 

Aimer d'un suçon éternel    

la mèche de vie    

que chantent les cigales    

d'une stridence inouïe.        

 

S'il me faut retenir    

ne serait-ce que linceul    

à la porte du temple    

emmène-moi Seigneur.        

 

Vide de sourires    

aux vents offert    

le silence de l'allée des hêtres    

reflète le poème dernier.        

 

De par l'infini d'un ciel de traîne        

devenir la fuite vernaculaire    

filant à perdre haleine    

sur le dévers des métaphores.        

 

Des voix dans le lointain    

en cette tourmente    

où meurt le cheval efflanqué    

revenant de mission.        

 

Retour sans louange    

à la Source première    

sonnent les cloches    

galoches à la main.        

 

Retournement des officiants    

vers leurs caches mystérieuses    

en la montagne aqueuse    

des souvenirs céans.        

 

 

655