190-IMG_3365

 Sur l'œil cerclé de jaune    

je pose le baiser de silence.        

 

Sur la vastitude des offres d'amour    

je retiens le souffle de l'ego.        

 

Sur ton front hors toute pensée    

je fais croître le rameau de paix.        

 

Sur le toit des villes grises    

les fumées sont des reflets d'espoir.        

 

A la porte des demeures    

j'éprouve le courant d'air des rires.        

 

De ceux qu'on a aimé    

j'accueille l'œillet du souvenir.        

 

Chaque seconde écoulée    

est chien sage à sa longe attaché.        

 

Un soir d'hiver    

les yeux couleurs de fruits mûrs    

j'apparaîtrai    

sur le rebord de la fenêtre    

chouette effarouchée    

impudente dans son langage figé    

la plume vibrante    

à conter l'histoire    

d'une cabane aux planches de bois    

que l'hiver attendait    

de ses flocons de neige recouverte    

tel un grand cœur    

au matin du saut de l'ange.        

 

 

649