023-IMG_2612

 

 Errance 

magique errance        

 

à quand le carrefour    

du feu ardent        

 

tu mets tes chausses    

et rentre la chemise        

 

sans le dire    

une douleur vive au ventre        

 

tu recherches l'ombre    

toi le soleil en quenouille        

 

et pose la main    

sur la poutre maîtresse        

 

sans que les yeux pâtissent    

pommettes rougies        

 

passent par la fenêtre

les retenues désuètes

 

un feston de lumière    

au carême d'être        

 

tu prends la vague    

en pleine face        

 

ne recule devant rien    

les grandes orgues à plein        

 

figure toi que je t'aime    

et fais bonne figure        

 

assis sur le siège haut    

le tilleul bruissant d'abeilles        

 

le chien court sous la tonnelle    

et lève la poussière         

 

accueille    

et tais-toi        

 

brûle d'une allumette    

la luette de l'esprit        

 

pour un sourire     

aux lèvres humides        

 

à l'éveil des âmes libres    

la pensée est sereine        

 

pétris tes souvenirs    

par une déglutition opportune        

 

demeure le goût du sang     

aux mains tremblantes        

 

au petit jour    

tu verras l'ouverture        

 

de la dure mer    

replète en ses ondulations          

 

au creux de ton épaule    

le lâcher prise        

 

à la fibre secrète    

le pansement discret        

 

un bouton     

juste un petit bouton jaune        

 

pour désarçonner     

ton corps sage        

 

aux mille pertuis    

sois de garde et d'estoc        

 

toi le millénaire    

des prairies de montagne        

 

sois la digitale bleue    

du signe mystérieux        

 

verbe incarné    

que le doute informe        

 

ma vie    

mon immense vie        

 

à l'angélus vermeil    

d'une coupe profonde        

 

vent     

ô grand vent        

 

souffle sans fatigue    

souffle Un        

 

 

 

613