36-IMG_2588

 

 Le coucou  seul 

par intervalles    

l'avion Latécoère passe    

puis le silence    

les hêtres    

        aux troncs tâchetés    

                que caressent les feuilles    

une mouche dans l'habitacle bousille    

        et se pose sur ma main    

un vent léger se lève    

lumière et ombre sous les feuillages    

le chemin oblique sur la gauche là devant    

le chemin et sa crête d'herbes en son milieu.        

 

Conscience de ce qui vit en soi    

la respiration    

le poids de sesjambes    

        de ses avants bras    

        de sa tête sur le cou    

        de son assise    

cette salive dans la bouche.              

 

Un papillon traverse un rai de lumière    

le soleil revient accentuer     

les contrastes sous les arbres.        

 

Je calme le mental    

ferme les yeux    

et me centre sur la respiration.          

 

Après quelques instants d'immobilité    

être prêt à recevoir ce qui vient    

        ce qui est    

un vent frais sur la peau nue    

        la caresse des anges    

ce qui est autour de moi    

        hors les formes des objets    

        cette ambiance vide    

        et pleine    

                de ce qui m'occupe    

                de ce qui me conjugue.        

 

Je ressens mon organisation d'atomes    

        et je vis    

                j'exerce mes sens    

et me baigne dans ce qui coule    

entre les objets répertoriés    

        inscrits en mémoire    

        et occupent tout le champ    

alors qu'entre ces objets il y a TOI    

        le très mystérieux.        

 

Ma perception est prête    

        elle est appareillée    

                pour voir sentir entendre goûter    

ce que j'ai déjà entendu vu ressenti et goûter    

ça se confirme    

mais le ça est aussi moi    

        un moi libre    

        qui voit entend sent et goûte    

ce qui n'est pas moi.        

 

Ma main ne touche pas que le connu    

elle n'est ps que pour moi    

mon cerveau la guide    

et ses automatismes sont des réminiscences    

de ce que j'ai expérimenté     

dans le passé.        

 

Nuitamment    

alors qu'il fait jour    

une petite pluie picore le feuillage    

et cela s'accentue    

j'assiste au concert picoti picota    

suivi de grosses gouttes     

sur le toit du véhicule    

des véhicules passent    

ils soulèvent la poussière du chemin    

des odeurs de terre mouillée montent    

un temps sans temps s'établit    

le frisson continu des hêtres    

propulse le solo des grosses gouttes    

une goutte sur une feuille    

elle oscille     

puis rapidement revient à son bougé vivant    

à sa danse dans le vent.          

 

Une branchette et ses feuilles me parlent    

dans l'ambrasure de la porte    

tout bouge    

si finement    

tout vit    

les gouttes qui frappent le toit    

sont des sphères d'eau d'air et de lumière    

qui me nourrissent    

oreille et cerveau en sympathie    

dess filets d'eau se forment sur le pare brise.        

 

Je suis ce que j'entends    

cela s'accélère    

des oiseaux chantent tout de même    

en fond d'orchestre    

je me consume    

le coucou reprend son coucou    

je suis suspendu    

je ne touche plus terre    

cela ralentit    

une légère sensation de fraîcheur me saisit.        

 

Avons-nous tous les mêmes sensations    

je rêvasse sur le bruit de l'avion latécoère    

les mille doigts qui tambourinent sur la tôle    

        me pénètrent    

je suis la pluie le bruit et ce que j'écris.        

 

Les gouttes s'espacent        

les hêtres bien présents    

derrière le muret de pierres    

les feuilles sèches n'ont pas bronché    

dans leur immobilité    

recroquevillées.        

 

Le coucou tout au loin    

les chants d'oiseaux    

prennent le relais des gouttes d'eau    

un silence revient    

je retiens mon souffle.        

 

Une symphonie    

je vis une symphonie    

je suis la symphonie    

même quand les sons ne sont plus.        

 

Une mouche bousille.        

 

 

 

603