056-IMG_1022

 

 Chute de pierres    

pour peu que le montagnard passe    

le geste s'accomplit        

 

 

En plein sur le râble    

en étourdissement    

l'ébranlement        

 

Puis l'éveil    

en bordure d'un ruisseau    

dans une prairie d'altitude        

 

A entendre le roucoulement    

du tétra lyre    

à qui tout se dit :        

 

" Jusqu'en ce moment    

j'ai pactisé par peur    

dans les choses de la vie "        

 

" J'ai enfilé les événements    

pour collier de perles sèches    

être le chien complice du maître "        

 

" J'ai évité    

je me suis dissous    

j'ai laissé passer l'orage "        

 

"  Alors que le loup    

mange des épineux    

j'ai préféré le jambon beurre "        

 

" J'ai foulé la terre    

et n'ai pas été plus loin que mes orteils    

noircis par manque d'oxygène "        

 

Alors le loup vint    

sautant de pierre en pierre    

il affectait une prière dernière "        

 

" Sois de glace    

devant la canicule des mots    

tais-toi "        

 

" revêts les dix plumages de l'année    

     - le brun pour le premier hiver    

     - celui à longue queue pour le printemps    

     - quelques couleurs au joli mois de mai    

     - la parure au seuil de l'été    

     - L'ébouriffé dans le dédale du pierrier    

     - le suint des sueurs sous les sapins    

     - la timide apparence devant l'ombre vacillante    

     - la prudente sous les pluies de l'automne    

     - la blanche aux premières gelées    

     - la dodue pour se protéger du froid        

 

Pâle signification    

d'un soleil en solstice    

prise de conscience de la voie    

présence au monde    

vraie vie de l'instant    

par saveur de plénitude    

inventer son nom    

avoir l'œil ouvert et le cœur battant    

le tunnel mène à l'air libre    

les terres fument après la pluie    

le silence en accueil    

de soi    

de l'autre     

de l'aube    

du jour et de la nuit    

en harmonie    

embrasser ce qui vient    

perpétuer le respir    

être éternel    

telle l'essence de la vie    

pour se dire    

que la mort a été tuée    

et chanter la berceuse des jours heureux    

en compréhension et maîtrise    

de notre âme    

en basse continue de chaque être 

au gré du glatissement de l'aigle.                   

 

 

 

601