IMG_8122

 Au tunnel    

de la grotte apprêtée,    

entrée des oiseaux de l'aube,    

au cliquetis de la clé    

le son sourd du tambour    

racle les murs humides    

 

près de la roche    

vivante émeraude    

vibrant en ses éclats    

d'une bougie dansée.        

 

Accélérer le rythme    

jusqu'au cœur,    

la poitrine stridule du chant    

de clair exil    

d'où nous venons    

coquelicot levé au printemps    

en lisière des blés    

à croître par temps de matin frais    

les mains remisées dans les poches    

de la houppelande.        

 

Pistil à demeure    

pour que l'abeille régale,    

offre  gracieuse    

en lisière de bois    

près de la rase régalante    

roucoulant d'aise    

sous  l'herbe courbée    

par nos courses aux joues écarlates    

allant vers la fontaine    

rejoindre le passage des anciens.        

 

L'animal surgit    

et nous courons nous mettre à l'abri    

pour le retrouver, là    

à nous barrer le chemin    

nous les refluants de l'amour    

décatis de l'esprit    

les échangeurs de pastèques    

quand la plaie profonde nous appelle    

au gré des étendues champêtres    

près de la faille aux centaurées gardiennes.        

 

Rose mutine    

de rosée recouverte    

conversant avec le bleuet    

pendant que passe    

pivoines en grappes lourdes    

le cortège des animalcules    

pétries de saintes intentions    

sous la couverture paysagère    

devant cette grotte apprêtée    

au cliquetis d'été que la terre transmet.        

 

Regarde-toi,    

de ton passé    

fais un moulinet d'énergie,    

de ton héritage paternel et maternel    

fais l'humus de ta croissance,    

de ton lien à la terre    

fais la gratitude absolue,    

du lien à ton âme    

fais la quête sans fin    

au milieu du grand mandala.        

 

 

600