DSCN4669(1)

 

 

Etreinte du temps qui passe    

montée des souvenirs    

insomnie carnassière    

accueil du matin tendre.        

 

 

Dans ce cadre    

sur scène naturelle    

les animaux de la jungle émotionnelle    

caracolent    

froissant les hautes herbes    

mâchoires puissantes en avant    

jambes fines des coursiers en action    

l'œil de braise    

de charbons ardents cerclé d'or    

sur le qui-vive du souffle.        

 

Etreinte éternelle    

de la mort    

comme ultime raison    

s'échappe par les voies traversières    

le bonheur de la rencontre avec l'autre    

compagnon de voyage    

vers le trait de lumière    

objet des élans de l'âme    

dans le silence de la présence    

barbouillée de nuages    

cachant difficilement    

le ciel profond de notre devenir.        

 

 

588