123-IMG_1056

 

 

J'avais laissé mes parents faire la route    

j'étais descendu de voiture    

pour me dégourdir les jambes.        

 

 

 

Les montagnes étaient proches et très hautes    

en fond de vallée j'étais comme écrasé.        

 

Ils sont partis    

et ne les ai plus revus.        

 

Les neiges de fin de printemps    

se disputaient la pente    

à grands renforts d'eaux torrentielles    

que l'encavement du lieu rendait bruyantes.        

 

Des pierres et des rochers ponctuaient le regard    

comme autant de points d'accroche    

à la lecture des lieux.        

 

Je me suis approché du pont    

qui enjambait un torrent furieux.        

 

Dans la pile du pont    

il y avait un trou    

d'où sortait une corde.        

 

J'ai tiré.        

 

Des cailloux sont venus    

de petits fragments    

qui ne demandaient qu'à sortir.        

J'ai laissé la corde    

qui a reflué vers l'intérieur.        

 

J'ai retiré la corde    

et de nouveaux cailloux sont sortis.        

 

Après plusieurs allers et venus    

de ce travail de déblayage    

des voix rauques de paysans    

se sont fait entendre.        

 

J'ai arrêté mon action     

pour continuer en imagination.        

 

Il y avait un passage    

un trésor    

une cassette    

une bourse de cuir    

de l'or en pépites.        

 

Le temps a passé.        

 

Je me retrouvai dans le village près du pont    

des maisons basses de pierres sèches tout autour    

marié avec enfants    

et ma tâche d'éleveur paysan    

me prenait tout mon temps.        

 

Les montagnes toujours hautes    

devenues familières    

encadraient les saisons    

la piste caillouteuse avait fait place    

à un étroite route goudronnée.        

 

Le trou était toujours là    

une vie ne suffisait pas à éclairer le mystère    

c'est moi qui avait la voix rauque    

les cheveux blancs    

la démarche vacillante.        

 

 

 

583