004-IMG_0996

Ses yeux s'envolent    

par delà la lisière    

sa voix de chèvrefeuille m'éveille    

caresse de ses tresses    

s'enflent au liant de l'onde    

quelques panaches de poussière.        

 

Hölderlin revient sur ses pas    

d'une veste à grandes basques vêtu    

perruque plaquée    

en montant le perron    

les talons de ses bottines     

claquent sur la dalle.        

 

Des mains se tendent    

sous l'ombre de l'entrée    

viennent les enfants de la veille    

gambadant et s'esclaffant    

de banc en banc    

jusqu'au saut de l'ange.        

 

Franche cavalcade    

de fer et de feu mêlés    

sous un ciel d'orage    

s'avance le sceptre des arrogances    

flegme apparent    

de notre séparation.        

 

Echappés par la coursive    

reflétant les vasques endormies    

les farfadets de l'oubli enjambent la clôture    

vaste espace en déclivité    

vers l'arbre mémoriel    

de nos joutes de jeunesse.        

 

Le matin    

tout est dit    

de l'abécédaire des contritions    

aux remontrances désuettes    

en remontant la contreallée    

nous toucherons notre dû.        

 

J'entrerai    

de façon universelle    

par la voie des mots    

en douceur      

la fleur de sel aux commissures    

en guérison d'amour.        

 

 

571