25-IMG_2300

A la croisée des branches    

j'ai vu le chat noir et blanc    

noir de ses illusions animales

féeriquement ancrées en son instinct 

blanc de sa légèreté     

acquise en ses joutes verticales.       

 

Fin de partie     

à ferrailler en blanc et noir    

le cœur et le poumon    

trouvent refuge sur la couronne    

rouge sang    

du combat avec l'ange.         

 

Au matin    

tout semblait calme    

entre les doigts du soleil naissant    

j'aimai    

de narration en narration    

la transmission généalogique.        

 

Racines à coudre    

contre la Terre Mère    

rayonnent les dimanches    

à se retourner    

les mains gantées de blanc    

en confirmation du chemin.        

 

Enfants de bonhomie    

se relier et se dire    

au rire unique du temps qui passe    

à remonter le coucou    

je te salue    

à genoux, tête baissée, bras ouverts    

Toi    

l'emporte-tout    

le dépositaire des rêves et des peines    

à ne plus faire vibrer le diapason de la tristesse    

à être uniquement Toi    

pour que je vive.        

 

 

565