28-IMG_2273

 

Cette remontée en surface    

au corps menu des douleurs    

marcher vaillamment.        

 

Dans la forêt des souvenirs    

les rencontres passées à l'esprit    

rêves et réalités perçent    

tel l'insecte hors de sa chrysalide    

nuit et jour ne sont plus noir et blanc    

tout est couleurs    

tout est amène.        

 

Les enfants tournent en rond dans la cour de l'école    

aux marronniers les quatre saisons prospèrent    

l'hiver aux bois noirs    

le printemps aux bourgeons collants    

auxquels succèdent les grappes    

de fleurs blanches et roses    

l'été aux ombres pleines et bruissantes    

l'automne où remiser    

dans le cahier du jour    

le mordoré des feuilles offertes    

autour de leur tige dure.        

 

La roue tourne    

sous ses levées de terre sèche    

contre le cerclage de fer    

l'écaillage des propos tenus    

éclaire un sens connu    

les images intègrent leurs niches d'origine    

le goût amer de quelque douleur    

vient brunir la prise de conscience.        

 

Il est possible de rencontrer son âme    

de voyager dans l'espace    

de détecter dans ce regard    

la réaction physique contenue    

l'émotion soulevée    

que l'arrivée de la nouvelle donne    

apporte à la narration de la souffrance.        

 

Ce que j'ai cru perdu à jamais est récupérable    

transmettre cette connaissance est important    

avec modestie et humilité    

ramener son âme peut s'effectuer    

dans le contact avec l'autre    

dans le mot à mot des mots essentiels    

un fil invisible alors ressenti    

relie les différents niveaux de manifestation    

auxquels retourner    

avec simplicité et obligation    

nous sommes convoqués    

de faire circuler ce qui est     

une trouée lumineuse dans le concert des nuages.        

 

Je décris et cela commence à circuler.        

 

Je suis le miroir     

et le vecteur de l'avancée vers mes origines    

je suis là    

je suis présent    

et l'autre est là     

et l'autre est le miroir de mon âme    

et nous entrons

dans la gratitude infinie envers l'univers.        

 

Alors nous festoyons.        

 

 

560