279-IMG_2235

 

 

Donne

ogive de printemps    

au rebond des notes du piano.        

 

De pleines fougères    

manduquent l'ombre et la lumière.        

 

 

Par la travée    

le jour paraît.        

 

En ses gravats de nuit    

les souvenirs émargent.        

 

Pierre de sel    

contre la rambarde    

il jouait du flûtiau    

l'homme au masque neutre    

en ses haillons    

mêlé à la tourbe des mots.        

 

De la sculpturale tour    

s'échappaient ses cheveux gris    

effluves lasses    

et taillis secs    

sur les barreaux de l'échelle    

montait à petits bonds    

le rire du sang des choses    

aux murmures     

de la plaine au loin    

vacillante    

à pleines mains    

retenant l'herbe encilée    

dans la boîte des songes    

aux fuligineux apprêts    

du suave reflux de la gnose émise    

solitaire    

sur le pavé gras des remontées    

mon âme aux multiples élans    

rassemblée    

les ongles sales    

éclairage salace    

elle offrait à tous    

le regard baissé    

les allusions aux baisers    

que l'araigne compassion    

éclaboussait    

par petits jets d'esprit    

sur le miroir    

en fond de salle    

toi la bicolore    

jeune femme aux habits de charme    

que la table ronde saisissait    

par plaques dispersées    

sur le parvis des algues sages    

aux macareux heureux    

soulevés par le vent de mer    

en partance vers l'huître perlière    

amuse-gueule des sorties de théâtre.        

 

Le rêve épouse les plots du plateau    

où faire passer les mots         

juste la recherche d'un petit bonheur    

juste avec le sourire de la Joconde.        

 

( Collage de Pascale Gérard )

 

559