IMG_1221

 Me dis que la parole poétique   

c'est comme la mer   

bien loin au loin   

giboyeuse de rêves   

et racleuse de mots   

lorsqu'elle griffe la côte.      

 

Et si c'est de nuit   

que la foi chancelle   

et qu'un vent froid brasse l'écume   

les hurlements des marins en détresse   

se font entendre dans les criques   

chapelles ardentes des trépassés.      

 

Rare et obstinée présence   

de cette nécessité du poème   

révélation journalière    

à ne pas manquer le rendez-vous   

percée magique des mots de braise   

dans l'âtre aux flammes aiguisées.      

 

Je vous aime ma vie   

d'humbles existences affublée   

dentelles du quotidien   

que des mirlitons dévorent   

telles les perles de verre   

dans la lumière clignotante du matin.      

 

Ne vous affligez point   

il est des poupées malmenées de l'enfance   

abandonnées sur le trottoir   

que le passant ramasse   

lambeaux de tendresse écrue   

transfigurant celui qui regarde.      

 

Les tambours de l'automne   

ont rassemblé les murmures   

et claque aux marches de l'univers   

le nom très saint et vertigineux   

des officiants du cercle   

que l'amitié révèle en échos.      

 

Viens contre l'arbre   

et le sais par avance   

que la gerbe des flûtiaux courroucés   

par la plainte insensée   

construit les pans de rire   

des retrouvailles naines.      

 

 

525