IMG_1251

 

 

Tu entrerais   

en faisant tinter l'éolyre   

et le ciel s'ouvrirait.      

 

 

 

L'écureuil dans l'amandier   

de branche en branche   

évaluerait son agilité.      

 

Tu me donnerais des nouvelles   

de là où tu es   

pour que nos mains se joignent.      

 

Je t'entendrais légère   

gravir l'escalier   

très haut jusqu'à l'aube.      

 

Tu m'indiquerais le chemin   

des joies et des peines   

toi mon aimée.      

 

Ton ombre aurait la tendresse   

des matins du printemps   

près du canal de notre rencontre.      

 

Et si le soleil perce les nuages   

il y aurait grand gazouillis   

parmi les peupliers.      

 

 

524