IMG_0793

 Pas à pas,   

de voyage en voyage,   

en l'arène d'un cirque   

où la roue tourne    

la rumeur soulève les rideaux de velours.     

 

Entrée colorée,   

barnum bruyant,   

poussière soulevée   

du cortège animal   

les passions de l'âme   

élevées aux pinacles des temples   

démantèlent   

les lentes constructiuons de la raison.        

 

De sang et de couleurs,   

les cris furieux des Erinyes   

ont détruit les paysages de l'enfance,   

les lèvres d'argile des sources    

ont fait place   

aux buses de ciment,   

la pierre des protections a été arrachée,   

les haies ont été abattues,   

les fossés comblés,   

le renard argenté   

ne retrouvera plus le centre,   

un vent mauvais rabat les grumeaux de terre   

vers les terrasses de pierres sèches,   

un vieux frêne murmure ses dernières dispositions.     

 

La nuit roucoule,   

pigeons de l'âme   

en surplomb   

des manquements à l'humaine condition,   

les mensonges populistes   

remplacent le chant des poètes,   

les chenilles des engins de guerre   

suivent les souliers ferrés des poilus,   

le ciel s'assombrit,   

même les arbres sculptés par le vent d'ouest   

se sont couchés sous la tempête.     

 

L'air est fétide,   

sur le mur des lamentations   

les papiers de l'envie   

froissés et forcés   

aux jointures des pierres   

couvertes de lichens   

deviennent chairs pantelantes   

d'un tsimtsoum aléatoire.      

 

Les mains décharnées,   

hors des poches à l'avenant   

écorchent l'oubli,   

les yeux révulsés   

clipsent les valeurs de l'esprit,   

crème sulfureuse   

maquillée d'un sourire de clown,  

nos errances dernières.     

 

La fureur fait place   

à la nuit,   

au silence,   

enlaidie par les passions de l'âme   

des combats et des haines,   

pommelée par la levée   

des moissons nouvelles,      

devenues annonciatrices  

de la renaissance à venir.      

 

Il n'est d'herbes officinales   

que celles du printemps,   

herbes collégiales    

du baiser des amants    

dispersés    

en quête du grand chambardement,   

un quignon de pain   

en fond de sac,  

l'eau dans le calice des altérités.     

 

Nous lèverons le son des ricochets,    

cailloux jetés sur la rivière,   

à portée des demandeurs d'asile,   

en sortie de notre exil.     

 

505