IMG_9614 - n°04

 

 

Je suis là   

Présence à ce qui est   

Les sens en éveil   

En évitement de l'hypnose sociétale   

J'accueille   

Je vibre sans que l'émotion me submerge   

Je nomme   

 

 Je décris   

Je prends     

Je pointe des éléments qui surgissent   

Certains éléments plutôt que d'autres   

Je suis agi par un discernement   

qui me semble extérieur   

Mais ne l'est pas   

Car je suis l'intérieur, l'extérieur, le conscient et l'inconscient.      

 

De ces germes je fais une figure   

J'assemble des éléments   

J'en compose une œuvre en devenir   

Sans que l'esprit venu d'ailleurs travaille   

Mais que le mental peut repérer, classer, biffer, organiser   

A certains stades du chemin.       

 

Cela se fait   

Je médite devant ce déploiement qui advient, là, devant moi   

J'assiste à une étape de la métamorphose de la figure   

De sa fabrication par des travailleurs de l'ombre   

Sans apport de causalité   

Sans synthèse   

Une forme apparaît   

Une forme issue des suites du parcours précédent   

De ce qui est agi par mon corps   

Tant sur le plan physique, qu'éthérique, émotionnel, mental  et spirituel.   

Mais aussi par ce qui surgit à l'improviste   

Dans l'irrationnel de l'advenu   

Dans les parages de ce que je traverse par l'expérience vécue   

Et aussi d'ailleurs,   

De ce qui est hors de Soi,   

De la toile communicante qui enserre et subjugue notre Terre.          

 

J'observe cette forme se former   

Evoluer   

Palpiter   

Se dissoudre   

Réapparaître   

Pour ensuite devoir la décanter   

En déconstruction   

Par la réduction de ce qui est   

Cette forme informe   

La faire passer dans un filtre à double entrée   

De grâce et d'action   

Où la forme vit, là, devant moi, en moi, hors de moi   

Et j'observe encore et encore   

Cette forme qui se déplie   

Ce processus alchimique mystérieux   

Cette forme fait de moi   

De ma rencontre avec l'événement   

De mes intentions   

De bien plus que moi.    

De mes errances en continuité d'être.

 

Alors je médite   

J'ôte de mon esprit toute idée   

Je ne pense pas     

Je rêvasse   

Pour tresser une représentation de ce qui m'arrive   

Il est question d'analogie   

De correspondance   

De langue des oiseaux   

D'homothétie   

D'hologramme   

D'un réseau qui semble se constituer     

Où des bribes du passé remontent en surface   

Où des références culturelles, philosophiques, spirituelles   

Prises à la volée   

Aléatoires, cocasses et pertinentes   

Se mêlant au Désir   

Viennent participer du Sens.      

 

Puis la forme se trouble    

Elle s'obscurcit   

Elle se complexifie   

Elle devient un treillis   

Elle devient un voile mucilagineux fluide et dense   

Aux palpitations de cerveau   

Elle est orage inouï au creux de la vigilance.      

 

Cette nouvelle forme se mêle en abîme au cosmos qui contient tout   

Elle est Une et participant du Tout   

Elle est partie prenante du grand mouvement cosmique.      

 

C'est alors que j'entre en Vision   

Pour inscrire dans ce Corps idoine   

Qui m'entoure et me contient   

Une entaille, une blessure, une faille, une fenêtre,   

Un oubli   

Un babil   

Un œil   

Une piste   

Pour Voir   

Pour ouvrir   

Pour qu'alors tout s'embrase   

Et être la proie d'une grande dissipation de lumière   

Hors de moi   

Au plus près de moi ...      

 

Et pressentir le Vide   

Pour s'y fondre.      

 

Et accepter la purification dernière   

Dans ce voyage de décantation  et d'intégration   

De mosaïques de toutes origines   

Où déposer sur le marbre des connaissances   

L'appel des contrées lointaines.           

 

Se fondre   

Y voir clair   

Contacter l'Autre   

L'alter ego   

L'étranger   

Le double   

Mine de rien   

Et exprimer   

Par le cri   

Par le mot   

Le chant   

La musique   

Le corps   

La danse   

La peinture   

Le battement du tambour   

L'emboîtement des choses qui passent   

L'emballement du devenir   

Vers la succion dernière.      

 

Il est un signe   

Au cœur des prairies

Que le Souffle dispose   

A qui s'en approche   

Le plein emploi de Soi   

L'Aventure   

Je suis.                    

 

 

463

 

( peinture de JCG n° 04 )