IMG_8627

 

 

 Aux nuages enchevêtrés de l'automne   

bas sur l'horizon   

telles des caresses permises   

ils sont partis   

seuls   

à petits pas   

sans cri   

le vent prolongeant leurs traces   

de par l'univers   

déposant   

traînes de gaze   

sur la terre fraîche   

amours et soucis   

souffrances et plaisirs   

aux portes du temps.      

 

Ils sont partis   

et je leur tiens la main   

ces personnes de ma famille   

qui de berceaux en lits nuptiaux   

de naissance en trépas   

ont agité les guirlandes   

aux fêtes patronales   

tuant le cochon   

partageant la pachade du dimanche   

et cliquant la photo   

dans le pradou d'en bas.      

 

Ils sont partis   

retrouver la terre   

plonger en l'éther       

qui nous brasse et nous distribue   

pour nous soutenir   

en effleurement des eaux vives   

dans le contact avec le Mystère   

leurs âmes voyageant   

loin très loin dans l'espace   

jusqu'au mur des attentes éternelles   

dont les anfractuosités recèlent   

des bulles de souvenirs   

écloses par amour   

explosées par rupture   

permanentes en leurs traînes singulières   

sur le devant de la Maison.      

 

Elan de vie

recomposition de la matière      

danse macabre   

au cliquetis des os   

répond la trille de l'alouette   

ma compagne des œuvres initiatiques   

ronde festive rassemblant     

les membres de ma famille   

vous les invisibles qui n'êtes pas absents      

Marie, Victor, Jean-Baptiste, Pierre, Renée, Jeanne, Fernande, Marthe, Jean, Georges, Lucien, Christian, Charles, Marcelle, Pierre-Sylvain, Marius, Philomène, Julie, Jeannette, Michel, Henri, Lucie, Léon, Robert, Madeleine, Alain, Robert, Marguerite, André, Pierre, Alphonsine, Yvette, Renée, Gildas, Marie, Jean, Michel, Marie-Claude.

 

( Oeuvre de Jean-Christophe De Clercq )

460