IMG_8318

 

Son corps de gaze   

ses cheveux de jais   

sur la plage   

au matin des senteurs océanes.      

 

Griffant de sa robe   

l'ondulation de ses reins   

elle chevauchait la vague   

d'un rire de sirène.      

 

Brassant l'air   

de ses bras de femme peintre   

elle signait l'avenir   

d'une étreinte ultime.      

 

Elevant ses doigts   

vers la prunelle opaline   

elle offrait sa joie   

à l'immense nature.      

 

Aux chants de la terre   

elle préfèrait la note claire   

remisant à demain   

la couronne de laurier.      

 

Eclat lunaire   

de sa marche de farfadet   

les oyats caressaient sa cheville   

en renouvelant l'appel.      

 

Poussière étendue à la virgule près   

Par les mots que le vent vole   

l'acmé de ses désirs   

élevait un temple.      

 

Sur le feu la marmite bulle   

de l'errance d'un soir   

présence en cela   

du sel de l'espace.      

 

432