P1030111

 

 

Faut-il que le temps implose   

et desserve la terre

de ses histrions fourchus.

 

 

Faut-il que la plaie   

à jamais suppure   

quand la vie se rétracte.   

 

Passe ton chemin   

homme sans horizon   

que la peur subjugue.   

 

Passe la main   

par la fente du secret   

qu'une autre main saisira.   

 

Ne remise point tes rêves   

en carême d'être   

au hasard des convenances.   

 

Evoque l'arbre pliant dans l'orage   

en cadence sous la rafale   

à faire sien l'âme du vent.   

 

Ecarte les chemises du printemps   

sous la douceur des cerisiers en fleurs   

à compter les abeilles butineuses.   

 

Sois l'épée de feu   

parcourant le terrain de chasse   

des phrases décisives.   

 

Sois l'esprit et l'épousée   

d'une réalité éternelle   

dans sa transcendance fulgurante.   

 

Sois le sel et la myrrhe   

sous les eucalyptus frissonnants   

qu'anime le prodige cosmique de la création.   

 

394