DSC01846-1

 

 

 Elle a vol à voile   

de ses yeux à ciel ouvert   

caressé les monts et les vallons.   

 

 

 

Elle a lessivé   

de ses pleurs les continents   

à faire déborder les océans.   

 

Elle a marché sur les brisures du temps   

effondrement soudain   

de trou noir en trou noir.   

 

Elle a secoué les nuages et les marées   

aux quatre points cardinaux   

de la sainte alliance.   

 

Elle caresse les étoiles   

au vent solaire d'un excès de lumière   

sans que l'ombre la pénètre.   

 

Elle est visité par des corps   

de gaz de roches et de vent   

pour mourir et renaître.   

 

Elle rafraîchit d'une once de hasard   

les élans de la cause première   

essence même de l'homme.   

 

Elle est l'ancrage sage   

de l'existant et du surnaturel   

danse et passage d'un silence sensé.   


Elle est boule et tourne   

en élipse sur elle-même   

chemin à l'issue mystérieuse.   

 

Nulle oreille ne l'entend   

draperie aux ajours lumineux   

enchassée dans son offrande.   

 

Terre ô ma terre   

mère la terre est belle   

terre ô ma terre.   

 

393