DSC05250 GP Gaël double cadre

 

 

Ces mains qui ne ressemblent à rien   

pas même à la plaie se refermant.   

 

 

Cette embrasure de porte franchie   

pour respiration se faire forte.   

 

Ce regard si lointain   

sans que lève le voile   

là contre l'épaule   

cadrage des jours tristes   

à contempler les fusains de Sylvain    

revenus à flots   

nausée au court-bouillon   

les cafards de la mémoire   

crachotant leurs déjections   

au rythme d'une cigarette.   

 

La fenêtre était ouverte   

les mouettes tournoyaient   

le vent suça la moëlle des os   

une dernière fois   

puiser l'eau du puits de la Vieille   

un bruit derrière la porte   

je savais qu'il ne viendrait pas   

mâchuré au vertige de l'oubli   

du vent dans les venelles   

à encorner le diable   

et s'y mirer   

mousse douce   

au limon des jours fertiles   

une bougie sur le devant   

une lanterne à l'arrière.   

 

391