IMG_0418 branches avec brume soleil AB

 

 

Naviguer en eaux vives   

pulvériser de raison   

les terres en déshérence.   

 

 

Pierre à pierre   

monter les murs   

de la maison.   

 

Suivre la rase irriguante   

contre le jardin des cultures   

cet havre paginé.   

 

Creuser le bas du champ   

et remonter la terre   

pour davantage d'humus.   

 

Dénerver les sentes sauvages   

pour passage libéré   

arpenter taillis et buissons.   

 

Recourir au babil des enfants   

revenir en arrière   

au pays des merveilles.   

 

S'assoir au plus près du sol   

gonfler ses poumons de bonne odeur   

et lever les yeux vers un ciel de traîne.   

 

Là-bas sur le chemin   

le grand'père revient de promenade   

mains croisées dans le dos.   

 

L'alouette tirelire  

un matin de fête   

dans les lenteurs de brume.   

 

Se retourne en passant   

la forme blanche   

d'un proche ami de connivence.   

 

Se comptent sur les doigts   

les jours d'après la peine   

de salissures couvertes.   

 

Ensemencé de rêves   

l'homme en poésie   

signe sa présence d'un silence.   

 

Effleurer la joue d'un bébé lune   

au repos yeux grands ouverts   

lèvres suçotantes.   

 

Branche d'hiver   

par ses bourgeons lustrés   

annonce le printemps.   

 

Et si paresse oblige   

la rosée billevesée   

reflète celui qui la regarde.   

 

Venez   

le grand-frère est là    

où déposer sa tête.   

 

 

385