IMG_4080 pâquerettes AB

 Ma fille   

ma toute petite   

mon enfant éternel      

Carmine de retour   

mon enfant des bleuets   

que j'ai cueilli au ventre de sa mère.   

 

Puis frère vint.   

 

Et j'abandonnai le château 

au désir d'un autre homme   

ne gardant que les membres épars  

dont je reconstituai le corps      

Osiris déchu   

quelques week-ends   

affligé de ne pas avoir su   

conserver la chaleur du foyer   

entre mes mains inutiles     

fines poussières    

que le vent emporte   

au long corridor des remords.   

 

S'ouvrirent alors les portes de bronze   

quelques traces sanglantes sur les murs froids   

j'avançai    

entrapercevant   

les lumières tremblotantes de l'autre rive    

par delà les hautes futaies   

de ma forêt en déraison.   

 

Le train entrait en zone libre   

les freins crissaient       

des jets de vapeur

brouillaient les fenêtres à tirant.   

 

Un silence vint   

des corbeaux coassaient     

des voix hurlèrent.   

 

La ligne de démarcation passée   

je sus que rien ne serait comme avant.   

 

Quelques intentions de guingois   

ne purent répondre à tes demandes   

de retour à la maison   

écriture enfantine sur papier rose   

loin des regards   

le long d'une route de montagne   

partageant la nuit en déraison   

étoiles et lune en provision   

le chien collé aux basques   

sans jamais me retourner   

j'allai.      

 

Le tricolore ruban franchi   

course terminée   

au labyrinthe des errances   

il me fallut retrouver la terre mère   

mix des atomes prêts au recyclage.   

 

Je me lèverai   

l'air sera frais   

le coeur saignera   

les pas se feront pressants   

pour retrouver le compagnon émergeant   

le rappel à l'ordre mémoriel   

mon ami le double   

me tendant la couronne de lauriers      

ma fille en mandorle   

ma toute petite   

mon enfant éternel    

ma bleuette   

que j'avais recueillie au ventre de sa mère   

un jour de joie.   

 

355