IMG_6770

 

 

Aux cornes d'appel   

galets jetés contre les portes d'airain   

la montagne fige la parole.   

 

 

 Equidistante des embrasures   

la mesure frappe d'estoc et de taille   

sans que l'ombre advienne.   

 

Il y a du sang sur tes vêtements   

les lacets ressérés   

feront marche forçée.      

 

Elève la lune    

à hauteur des griffes   

de l'ambre marin.   

 

Tes pas longent le rebord de la sente   

de petits cailloux dévissent   

les pensées dépassent de la musette.   

 

Ronge ton frein   

sois le brinborion des nasses refluantes   

sois grand sous l'averse.   

 

Abjure et me viens   

Calune des prairies premières   

Offrande à saisir.   

 

354