DSC04432 l'enfant perdu du caravansérail

A l'orée du songe   

le père   

tend la main   

la mère   

mains dans le dos   

le chien   

clôt la trace   

l'enfant   

se cache.     

 

Au loin un moulin hollandais   

au premier étage   

les appartements sont ouverts   

les colonnes soutiennent les arches   

un blanc laiteux couvre les murs   

le cheval est prêt.        

 

Viens !   

monte   

efface les gourmandises   

d'un geste   

ne retiens pas la mort   

sois le vent dans la fraîcheur du matin clair   

sois l'ardoyant de ton espace   

hoquette la vie   

au vermillon d'un spasme   

sois le ciel en gloire   

mon enfant   

mon diamant de l'instant   

à la commissure des lèvres   

point de sourire   

juste l'occasion d'une cavalcade   

juste la friction avec l'éternel.        

 

Eclair foudroyant   

tu connais le chemin   

en douceur   

hors l'inter-dits   

des vélléités de l'ombre.       

 

Sois   

figé au calvaire des épousés   

la cible des vérités   

cette pièce de velours   

où poser sa tête   

yeux dans les yeux   

avant la déchirure.      

 

 

327