DSC01082

 Les mots que rient ma mère   

douces fleurs des champs   

grappillées de main de fer   

sans crainte ni orties     

ad hominem     

couvrent  l'horizon   

reliques        

ensevelies à la truelle     

dans le béton des souffles éteints.   

 

Les objets se dissolvent   

les gadgets s'entassent sur la plage   

un drapeau claque son opprobre   

la capsule saute   

au vestibule des agonisants   

le chien précède l'homme    

l'homme précède l'âme   

le jour s'estompe   

ton visage jaillit   

telle une carte postale   

la sacoche du berger   

pleine d'oignons et de dignité   

notre exposé en bord de rivière   

au frais cresson d'une petite musique   

sans présage   

mais toute en surplomb   

du trou noir du passé.   

 

292