DSC06612

 

 Jacasserie des mots en impertinence

au fruit mûr de la mutation

la parenthèse moderne se ferme

s'ouvre le pas nommé .

 

D'isthmes en lagunes la mer creuse

les reins de l'onirique

sapience d'une rationnalité

tombée en déshérence .

 

De Dieu parler par évitement

brutalisant ce qu'on enferme

sens et passions reflétant les bavardages 

faire l'éloge de la raison sensible .

 

De la paille pour les vilains

sans écrit sans parole

l'exemplarité en perspective

la mule passe le gué .

 

L'imaginaire et le sacré

prennent des voies détournées

en perversion les pulsions pulullent

capilarisant le corps social .

 

Suivre le chemin descendant

au sacramentel des rencontres sportives

aux zéniths enchantés

le matérialisme transcendé .

 

S'organisent les faits de reliance

en l'odyssée de l'empathie

sans quantification 

ces formes meilleures .

 

Ritualisées par le bénévolat

en générosité 

les émotions collectives

déclenchent des allures liturgiques .

 

Musique piano aux piverts enchanteurs

le visible gros de l'invisible

rappelle par digression 

le son grave du discernement .

 

Croissance harmonieuse des monastères

le grand silence paradoxal

au bruité des racines saillantes

ces eaux renouvelées .

 

En désaccord ces deux sociétés

l'officielle redondante

et l'officieuse passe-muraille

en décalage d'intuitions futures .

 

Se purger des paroles illusoires

s'assoir pour trouvant ses mots

le verbe à porter de main

pallier l'incantation banalisée .

 

Mots et choses

mise en pertinence

le Vrai

matrice fécondante

du paradigme manifesté

secouant

de poésie et de mystique mêlées

l'entièreté de l'Être .

 

Le muet du Mystère

à découvert

communion des silences

ailes déployées

dans l'azur compatible

cette aspiration à être heureux

en errance tendre

juste l'instant de notre vie .

 

274