DSC06667

 

Asphodèle des prairies premières

au pas sur un cheval blanc

je lambine et signe le vent

des ancêtres l'haleine .

 

 

Neige printanière à l'offre sémaphore

la glissade éponyme surgit

au Caravage des afflictions

l'élan du silence .

 

Finement ciselées par le cor des chasseurs

se courbent les herbes 

au corridor des roches luisantes

l'Esprit esquisse un pas de danse .

 

Près du ruisseau la tente blanche

au gré des jours et des nuits

passe l'oiseau mémoire

hélant l'ours à la voix vide .

 

Ma main sur ton épaule nue

fils tardif à la toison solaire

tu manieras la dague terminale

sur l'oeuf à féconder .

 

Pour en plénitude

coupé de tes arrières

renaître seul

le regard intact .

 

 

273