DSC01407

Les cris des frères et soeurs qu'ils étreignent

en rondes hivernales

aux marges d'été

des mains maigres pommadent la pâte

de fleurs des champs

nuages pommelés

trouant leur manteau de pluie

pour une écoute singulière

et bondir sur le rable

des minérales églises

que le miroir ausculte

étrange retournement

à point d'heure

d'entre les brûlantes paroles

lentes pousssières dévalant le rai de soleil

l'odeur emplit la pièce

il n'est de politesse

que formes vivantes et blessures saignantes

sons et lumières à l'unisson

l'oeil bibelot délivrant la cohorte du langage

saisissante sangle

enserrant le mystère irréfragable

invisible errance

traçant noir sur noir

au carrefour des conquêtes

le signe du partage à venir

sur le sac de toile

à bout de bras tenu

en guise de viatique .

 

268