22 mars 2016

Sylvain GERARD oeuvres - 3 - Le singe pensant

  Ligne de partage des eaux entre l'homme et la bête passe le flux des pensées muettes sa grosse patte par dessus le souvenir en élargissement d'être à effleurer la flamme unifiante .   Gare au monstre pulsions et phantasmes assortis en chacun de nous offrir la pulpe amère au plus offrant des passants de l'éveil .   L'homme au chapeau et lunettes Harold Lloyd réincarné bredouille de ravissement la fleur en bandoulière les onomatopées d'une marche nuptiale vers l'autre rive apparue . ... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2016

Eloigne-toi et me viens .

  A l'origine , le contact avec les puissances de l'esprit , une porte béante , un bouche à bouche avec l'éternité .     Je conjure à sang frais le couteau dans le ventre de mon fils , pharaon des orages à venir .   J'implore la grâce en repli de l'enfant éteint , que claque le briquet au sursaut d'une dernière nuit sans bagage avec l'infini pour ciel de traîne , ma vie au creux des vagues froides , le crêpe d'un deuil , sur la plaine des silences que parcourent à petits pas  les saintes... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2016

Heurtoir sur la porte

     Heurtoir sur la porte ma maison est en bois que le gong allège .   Soif de dire le son des oraisons en pâmoison hors l'ordre vitupéré .   Mâchure de l'esprit sous le ciel d'un coeur impact des balles fraîches .   Corridor essentiel pour de plus amples promenades sans rembarde pour devoir .   Au creux des encensoirs filtre le doux regard de l'enfant en devenir .   Prune écrasée entre deux doigts gant de crin mouillé offrande des mille bouddhas .   261
Posté par regardauvergne à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2016

Tu ouvres l'oeil , tu fermes l'oeil

    Tu ouvres l'oeil tu fermes l'oeil et ton doigt sacré montre le chemin si loin, si proche         objet sans objet         nudité absolue le coloriage qui t'anime est épaisseur impénétrable .     Elève - toi sois l'aigle glatissant cueille les grappes de la vigne éponge ton front caresse le chien qui passe .   Ô homme, ô femme irradians ensemble la mandorle des saisons .  Cloches, croches, au son du tambourinaire soyons le verbe... [Lire la suite]
Posté par regardauvergne à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]