DSC06282

 

Tu ouvres l'oeil

tu fermes l'oeil

et ton doigt sacré

montre le chemin

si loin, si proche

        objet sans objet        

nudité absolue

le coloriage qui t'anime

est épaisseur impénétrable .

 

 

Elève - toi

sois l'aigle glatissant

cueille les grappes de la vigne

éponge ton front

caresse le chien qui passe .

 

Ô homme,

ô femme

irradians ensemble

la mandorle des saisons . 

Cloches, croches,

au son du tambourinaire

soyons le verbe des officiants

carène de la rumeur processionnaire

claquement de bannière

sous le linteau des entrées

présence coutumière

du paladin sous la coupole

en quête de lumière .

 

Il n'est d'Être réalisé

que l'acrobate

élevé par les houras

au sommet de son art

sourcilleux devant la demande

écartelé par les voix angéliques

prêt à tendre son miroir concave

à celui qui, au petit matin 

effectuera le retournement .

 

260

 

( Détail d'un tableau de Manon Vichy )