DSC04911

       Reflux de la mer   

avant un dernier saut   

le béton se fissure   

claquent les veines de verre   

sous la griffe salée   

les ferrures gémissent   

les oyats divaguent   

ce que racontent les marins   

aux temps lointainx des terre-neuvas   

morsures d'un froid tenace   

le vent arrache les arbres   

les boues emplissent les fossés   

les barges se soulèvent   

les bouées volent   

en gerbes d'écume   

le long de l'estran   

les vagues claquent la digue   

les lisses brinqueballent   

le sable emplit le moindre trou   

le ciel se fait tohu-bohu   

en cette feinte d'estoc   

les mouettes  pirouettent   

au profond du blockhaus   

la nausée aux lèvres   

un cri   

inouï   

de silence   

les heures sont bulles de savon   

cavalcade effrénée   

les chevaux caracolent   

les galets fricassent   

en surplomb du bastinguage   

corrigeant d'un trait de plume   

l'oeil des souvenances   

l'ombre se fait surface   

les creux emplissent de leurs suçons de vase   

les platebandes de la plage   

naissent brisures de terre   

les crocs de la bête   

écarlate en son outrance   

recroquevillée et mal aimée   

sale et refoulée   

rebelle et courroucée   

exposée aux quatre vents   

n'étant plus que souffle   

une charogne   

la plaie offerte   

en bordure de bocage   

aux nervures fossiles   

roulent les tambours   

craquent les lucioles   

sous le talon    

rempart contre le bitume effondré   

l'amertume   

d'alternances noires et blanches   

en captation de soi   

la mort dans l'âme .   

 

246