DSC01927-1

       De part et d'autre

à l'avenant

d'un participe présent

je fais mien

le " qu'en dira-t-on "

des choses de l'esprit 

mais sans nuire à autrui .

 

D'autre part 

je racle les fonds de casserole

en crédence je pose mon vertige

sur le pas des portes

j'argumente en ronds de jambe .

 

Je maugrée

parfois

sans l'ombre d'un doute

mais choisis mes flèches pour qui de droit

à l'envers des atermoiements .

 

Passé le moment de dire

je crêpe de noir la nature bafouée

je frissonne sous l'averse

et fausse compagnie

pour dire peu

avec peu de traces

afin de pas rouiller l'avenir .

 

Que dirait-on de moi

à mi-mots des choses encerclées

au carrefour des timbres millésimés

si je m'offrais 

en cadence accélérée

au miroir du pas de l'oie .

 

" Passez votre chemin , y'a rien à voir " .

 

Et si  revenant en arrière 

l'homme qui pense s'inscrit dans la romance

il y aurait sur le linteau de ma fermette 

ces mots de glaise , ces mots d'amour :

 

" Arrêtez-vous , prenez votre temps , y'a tout à voir ,

entrez dans ma caverne

cruche oreille et Saint Esprit de mon ventre en poésie

rebellez-vous

tapez du poing

apostrophez le patron

mais jamais , ô jamais ,

ne manquez l'écoute du verbiage des souris du lieu " .

 

245