DSC04984

      Des cris

l'appel des mots de miel

l'ultime comme roc

sur lequel retentir .

 

Le claquement sec de l'orage

dégoupille ses vasques d'eau

au caravansérail des rencontres .

 

Femmes 

en coursive haute 

le regard musique 

leurs pieds dans le dur d'un granite .

 

Elles chantaient

clameur gutturale

montée des désirs

puisant une énergie de louve protectrice

sous l'amoncellement des feuilles mortes .

 

Transe en sous-bois

les trompes raccolèrent les défaits de la nuit

chiens battus recroquevillés

au dévers des choses dites à la va-vite .

 

Il inventa la ronde danse 

L'infinie lumière éperonnée

à l'avant du charroi

les jambes flageollantes

aux portes du temple .

 

Mon âme

élevée d'un léger signe de la main

à l'aplomb d'une joie vespérale

vers l'envol de l'oubli .

 

S'alignent les sourires

les hochements de tête

sous les cintres de la scène

sans applaudissement

au juste silence en soi

coquillage vermeil

retenu par la respiration .

 

Nous nous mîmes en marche

devant l'inconnaissable

cherchant la clé de la cité

de niveau en niveau

comme pour être là

le coeur en fête

dans d'improbables infractuosités .

 

L'homme vert sortit du bois

la chevelure lichens

le souffle dragonesque

l'allure souple

l'appareil photo en bout de bras .

 

Il suffisait ...

et pourtant

les hardes ne nous couvraient plus

la moue aux lèvres

les yeux piquetés d'ardentes échardes

le pourtour de nos suggestions

en limite de rupture

les chevaux éructèrent

il y avait tant à faire

le sable coulait de l'écarté des doigts

un petit tas se forma

nous y mîmes notre espérance

notre joie

notre peine même

à l'arrivée d'un enfant faisant château en bord de mer

en reflux des vérités .

 

L'ultime en un claquement sec

rompit les amarres d'avec l'illusion .

 

Tout s'écroula

il y avait à vivre .

 

233