IMG_4168

     L'âme, une fois nommée, une fois reconnue, n'existe pas hors de ce que son observateur en fait .

Il n'y a pas d'âme en soi , mais à un certain niveau de conscience nous pouvons en saisir des effets par notre intention de l'appréhender, par notre vigilance à porter notre regard au-delà du visible et par notre intuition qu'il y a encore bien des choses à découvrir dans notre monde et que l'insistance de notre intelligence à vouloir rendre clair l'inconnu si proche et pourtant si difficilement exprimable n'est qu'un palier sur notre chemin de quête de l'absolu .

L'âme n'est pas une croyance ni ne saurait se réduire à une inférence ; c'est une pratique qui nous convoque à être de ce monde, dans ce monde, par l'ouverture et l'acceptation à ce qui est .

L'âme est mouvement, elle possède une capacité de mobilité qui évolue dans le temps avec l'histoire, le nombre et l'intensité des métamorphoses, des épreuves réussies et des obstacles franchis .

Notre chemin de vie, cet éveil à la conscience, ce grandir de l'Etre qui nous anime ; je propose de le scinder en trois étapes, chacune ayant son nombre de degrés de liberté, de dimensions de l'espace parcouru propre à chacun de nous, selon un mode adapté au travail qui nous semble exigé par une instance extérieure et suprême que nous pouvons appeler l'océan primordial, Dieu, l'être suprême, le vide créateur, le grand Mystère ou autre .

La première étape est celle de la réalisation concrète et extérieure de l'être avec la mise en place des bases à partir desquelles le reste de la construction pourra s'élever . Cette période nécessairement d'expérimentation ne peut se mettre en oeuvre que sur le mode intellectuel linéaire de la dualité . Le mouvement consiste en une succession de rapprochements et d'éloignements des deux termes de cette dualité . Les éléments perçus, ressentis et analysés deviennent des arguments qui se pécipitent l'un vers l'autre jusqu'au moment ou leur degré d'agressivité, de connaissance et d'estime réciproque est suffisant pour substituer à la rencontre éprouvante un contact de fusion d'où va émaner un troisième terme  : l'esprit . Cette étape n'évoluera pas lorsque les deux termes en conflit, perdant leur spécificité par le méli-mélo de leur altercation, altèreront leurs forces jusqu'à un arrêt signifiant la perte d'une perspective de sens, la mort en quelque sorte . La joute se pratique jusqu'à ce que chaque combattant connaisse toutes les finesses de cet art et toutes les subtilités de l'adversaire . L'exploration de l'espace est linéaire ; l'âme, à ce stade ne connaît rien de ce qui existe de part et d'autre de l'unique voie sur laquelle le véhicule qui la transporte est contraint de circuler .

La deuxième étape est celle de l'être dont la structure passe de deux à trois composantes . Le plan d'investigation de la connaissance va alors être parcouru selon un mouvement circulaire . A partir d'une zone centrale, au coeur de laquelle se trouve le point d'immobilité qui contemple. L'âme décrit un cercle à une vitesse convenue . Puis, lorsque ce cercle voisin de la zone centrale a été reconnu en détail, la découverte s'étend de proche en proche à des circonférences de plus en plus éloignées du centre . A ce stade, c'est une connaissance intérieure qui est acquise, celle d'être le chercheur découvreur des lois qui gèrent l'infiniment petit et l'infiniment grand . De circonférences en circonférences de plus en plus éloignées du centre l'être est désireux de conclure . Le but semble si proche . Et c'est là qu'un retournement peut s'effectuer . L'être dans sa tri-unité expérimentée et confondue va pouvoir alors pouvoir tirer un grand trait sur tout cet acquit qui n'est que construction occasionnelle . Il va pouvoir mourir à son oeuvre pour revivre tel le phoenix sur des niveaux propices à sa destinée .

Dans le troisième stade le mouvement linéaire s'ajoutant au parcours circulaire, la spirale de la réalisation se met en place, vis sans fin d'une ascension , tentative pour réduire la distance avec l'absolu, marche vers un devenir jamais achevé dont la promesse est fruit, épanouissement suprême, perfection, retour aux origines, retour à soi . Plan par plan, niveau après niveau , l'âme va tenter de se situer sur cette troisième dimension jusqu'à consommation des cycles, jusqu'à notre dernier souffle . Quant à ce qui est au bout du chemin nul ne le sait et le saura ; et c'est bien ainsi . Il pourrait s'agir d'un stade où les âmes auraient nécessairement purifié une grande part de la matière pour que l'accès à l'axe du retour les hausse au-dessus du plan terrestre .

Parfois, au creux de nos profondes nuits, un orbe numineux apparaît ; signe que certaines âmes devenues visibles à l'ensemble de l'humanité soient les repères et phares permettant de dissiper les doutes et de stimuler notre effort à être . Quel que soit soit le point atteint dans l'un des trois stades, la chute est possible tant l'équilibre réalisé est fragile . Un rien le menace . Il est d'autant plus vulnérable qu'il se croit assuré . Capable de résister aux plus effroyables tempêtes il peut aussi être renversé par la moindre brise . Rejoindre "sa" destinée, rejoindre "la" destinée ;  serait-ce la direction montrée par la dynamique de l'âme ?

 

201