DSC03964

      Pourquoi tant de femmes et d'hommes sont-ils esclaves d'une situation, d'un pouvoir, des autres, d'un regard ou d'eux-mêmes ?

Pourquoi vivent-ils calfeutrés dans le pré carré de leurs certitudes, dans le "c'est comme çi, c'est comme ça, y'a rien à faire !", sans voir l'ombre qui limite leurs libertés, cette fermeture sournoise, cet accès à plus qu'eux-mêmes qui leurs ferait prendre l'air en allant voir ailleurs ?

Tout simplement parce qu'ils ont peur . Comme si les chaînes qui les entravent et les condamnent à leurs situations d'esclaves, étaient des protections contre la peur . Comme si ces chaînes de la non-vision les empêcheraient de souffrir et de mourir . Par peur de ce qui ne dure pas . Devant ce qui pourrait les emporter et les éloigner de leur confort premier  ils préfèrent rester attachés .

Accrochés à leurs habitudes, leurs illusions, leurs idéaux, leurs mensonges et leurs croyances, ils espèrent ainsi stopper la perspective d'une vie qui inexorablement les entraîne vers la finitude de toutes choses . Comme s'il y avait autre chose que la vraie  vie, cette vie dont la mort fait partie intégrante .

Or ces pesantes chaînes les font couler et se noyer . Ils veulent mourir avant d'avoir vécu .

Ils passent à côté du présent, enchaînés qu'ils sont aux souvenirs du passé et à l'utopie de demain . Ils ressassent et rêvassent sans voir le brin d'herbe qui pousse sous leur pied . Ils vaticinent incognito, le cou tendu vers le pilori du moins disant, en quête d'un oubli qui leur permettrait d'échapper au courroux du hasard , tenant droit le cap dirigé vers ce qui leur semble être le bonheur .

Ils ne sont pas présents à eux-mêmes . Ils ont peur de ce qui est là, ici et maintenant . Le réel et l'impermanence de toutes choses les affolent et les aliènent quelque temps mais pas encore au point de jeter un coup d'oeil de l'autre côté de la rive de leur vie .

Le flux d'un perpétuel présent les rend inquiets . Ils voudraient tant se droguer avec les leurres factices de la certitude, du virtuel, des poncifs qui les feraient ressembler aux autres, ces autres à qui ils dénient néanmoins le droit de respirer autant qu'eux . Se fondre dans la masse tout en la honissant .

                                                                               

Pourquoi gâcher son existence à se calfeutrer contre les aléas de la vie, à construire d'étranges forteresses contre le temps qui passe ?

Les hommes s'épuisent à résister aux lendemains trop dérangeants, trop quelque chose, sans se rendre compte qu'ils restent collés à la même place - étranges statues de sel, droites devant le courant de la vie qui les attend.

Pourquoi faire du surplace alors qu'autour de soi tout est agitation, turbulence, transformation ?

Pourquoi ce besoin d'immobilité, de se protéger fébrilement du changement ?

Parce que l'homme est un animal routinier, qui a peur de l'inconnu, de l'étrange, du bizarre ; et qui cherche par tous les moyens des vérités, des valeurs, des lois, des assurances, des garanties . Et c'est pour cela qu'il est prêt à vendre son âme contre une quelconque pincée de poudre de perlinpinpin qui le ferait se fondre dans ses rêves, dans ses châteaux en Espagne .

L'homme a aussi peur de son ombre, de cette partie inhumaine de l'homme qui par ses égarements ignore, méprise, abuse, spolie, exploite, tyranise et supprime son prochain .

Par peur de la mort l'homme cherche à vivre éternellement dans une grande aspiration à la routine implacable, aux comportements marqués du sceau de la durabilité, de l'ennui et d'un sommeil "tranquille" . Alors que notre société industrielle est fondée sur la production de biens qui ne soient jamais pérennes afin de produire toujours plus dans un monde espéré en éternelle croissance !

Et l'homme s'ait inventé des idoles, des dieux, afin de s'immortaliser et éviter tout raisonnement fondé sur la certitude qu'il ne vivra qu'un certain temps, un temps fini .

Alors l'homme réagit contre cette implacable destinée . Il aime et hait à la fois ce qui le dépasse et ne peut maîtriser . Il n'admet pas être dirigé par plus fort que lui . Il maltraite les siens, saccage la Terre-mère et relègue Dieu-le père dans un monde inaccessible .

Les Dieux omnipotents se révélant inefficaces, la foi puérile des hommes les fait se retourner vers la raison empirique des dieux sociaux estampillés de respectabilité par le qu'en dira-t-on médiatique . Il se fond dans la masse, va au stade, aux thermes, au cirque et converse  à l'infini sur l'agora des virtualités, un oeil rivé sur le petit écran, reflet du grand écran des réalités dont il ne peut affronter la trop grande pertinence .

                                                                                           

Bardé de certitudes scientifiques, l'homme avance à l'aveuglette ... jusqu'à buter sur l'infiniment complexe et la conviction que le réel est inasservissable, ni par la technique, ni par les dieux .

S'il ne se suicide pas, il est prêt à circonscrire, par l'intelligence et les raisonnements, le grand tout pour, ravalant sa volonté de puissance et son orgueil, aborder aux rivages de l'humilité, comme dernière chance avant le désengagement suprême, avant la folie  .

Par l'humilité, ultime moyen de guérison de sa paranoïa, l'homme se doit de vivre en harmonie avec la nature afin d'assumer la complexité du réel en chassant tous les réductionnismes, en renonçant à dominer, prendre et asservir quoi que ce soit . L'homme se doit d'être dans sa verticalité .

Il devrait alors cultiver la douceur, en dénonçant le meurtre et toutes les violences, en anéantissant les idolâtries, afin de se pourvoir en la Vie .

Il lui resterait alors à dire "oui" , en liberté et émerveillement, à ce qui est, pour que les dangers de l'illusion s'estompant, laisser advenir la tendresse de la relation sur fond de frugalité dans sa communion avec la Nature .

 

198