IMG_0869

     La connaissance .

Connaître, c'est affirmer une traduction des réalités du monde extérieur. C'est co-produire un objet. C'est le tissage de sens effectué entre un élément du monde extérieur et nos facultés à assujetir cet "élément hors-nous" à notre être, sujet pensant, producteur de sens.

Nous sommes des passeurs d'objectivité en perpétuelle défragmentation de notre être à conquérir.    

L'objectivité est un produit qui s'ajoute à la donnée qui ressort, elle, de l'objectivité scientifique. On peut aussi à partir de l'objet circonvenir le sujet qui de participant et agissant de la création de l'objet devient, corrélativement, devant l'émergence de l'objet, sujet conscient.

Un dialogue s'établit entre le sujet et l'objet. Une logique récursive est là à l'oeuvre ; nous produisons de la connaissance et les objets que nous avons produits participent de notre production individuelle tout autant que les individus produisent la société qui produit les individus.

Ainsi, connaître, c'est rencontrer l'autre, c'est apparaître à l'autre et par l'autre en naissant avec lui,  c'est ouvrir la porte vers l'extérieur, c'est s'exprimer. Connaître c'est donner une forme au paradoxe d'énonciation de la théorie objective qui se conjugue avec le caractère subjectif du sujet.

 

Le paradigme .

Le paradigme est une manière de lier des notions ou catégories fondamentales par inclusion, disjonction, conjonction, exclusion, pour aboutir à un type de relation logique. Le paradigme discerne certaines relations logiques plutôt que d'autres en toute subjectivité. En ce sens il ne peut relever de l'objectivité par le contrôle qu'il opère sur la parole mais crée néanmoins les conditions de la péroraison , ce singulier couplage du syllogisme et de la résonnance aboutissant à une réalité de passage.

Le paradigme par ses contours péremptoires alimente la polémique dont il structure les enjeux et organise les modalités de confrontation. Par son entiéreté exposée, il rassemble les avis et convoque leurs auteurs à la raison tout autant qu'à la résonnance dans un double mouvement de joie conservatrice et de prise de risque dans l'invocation de l'imaginaire.

Le paradigme contrôle la logique du discours. Il est une opportunité de contrôler à la fois ce qu'il y a de logique et de sémantique dans un discours. Il permet, dans des conditions de liberté et de rsponsabilité assujettissant l'homme à son environnement, et par son écartellement propitiatoire entre ce qui est et ce qui n'est pas, entre l'accompli et le non accompli, entre le fermé et l'ouvert, l'accès à un autre niveau de réalité.

Le paradigme couvre une large palette de la connaissance, de son aspect le plus simple à celui de la plus grande complexité. Le paradigme de la complexité a besoin du paradigme de la simplicité pour pouvoir assoir son développement. Le paradigme de la simplicité est un paradigme qui met de l'odre dans l'univers en tentant de chasser la trop grande complication. La simplicité voit un élément et pas l'autre élément. Le principe de simplicité soit sépare ce qui est lié (disjonction), soit unifie ce qui est épars (réduction). Le paradigme de la complexité part, lui, en vrille sèche devant la sidération causée par l'inconnu, l'inconcevable ou le tout autre ; il engendre la complétude espérée sur le mode de l'incomplétude concédée.

 

L'idéologie .

L'idéologie est une notion neutre ; c'est un système d'idées qui peut prendre l'aspect d'une doctrine, d'une philosophie, d'une théorie. Il existe une multitude d'idéologies qui appartiennent à des groupes humains, à des cultures, à des associations qui dureront un certain temps. L'idéologie structure, rassemble, cadre et limite le groupe dans sa double acceptation sécuritaire et liberticide. Ces idées sont ce qu'elles sont ; elles obligent le "chercheur de sens" à l'acceptation de ce qui est, à la perspicacité, à l'humilité, à une visée transdisciplinaire faite d'incomplétude, de non séparabilité des éléments entre eux et d'ouverture à ce qui advient, à ce qui est et sera..

L'idéologie n'a que faire de la morale au sens universel du terme ; elle est transmorale et engage l'être-conscient que nous tentons d'être à une disposition comportementale faite de fluidité d'esprit, de coeur et d'acceptation de toute forme de la vie dans ce qu'elle a de surprenant, de rationnel, d'irrationnel, de bouleversant, de tonitruant et de merveilleux sur notre terre.

Ces systèmes codés que sont les idéologies sont au dessus des lois. Elles nous engagent à être de ce monde tout en laissant une ouverture à l'hors-monde, à tout ce qui ne relève pas encore des domaines de la connaissance ... mais dans les limites de l'idéologie du moment.

L'idéologie ; le chemin de l'affirmation de soi, le chemin de la soumission à plus fort que soi, le chemin des noirceurs consenties par notre peur de réellement penser, le chemin des formules sèches apposées au frontons des temples, le chemin de la survie pour qui ne sait vivre.

L'idéologie, nécessairement sujette à caution dès qu'on la saisit sous l'aspect de ses multiples avatars - doctrines, religions, habitudes, coutumes -,  et qu'une analyse complexe de sa mise en place et de son évolution la confronte à ses sources, se trouve être l'arène où s'affrontent le sujet et l'objet, entre l'homme et son ombre, entre le bien et le mal, entre le tout et les parties, rencontre bouleversante à court terme et créatrice de lendemains qui chantent ou déchantent, rencontre à plus long terme, spontanée, pleine d'énergie et de nouveauté, de rebondissements, de beauté, de coeur, d'innocence et de dépassement de soi sur son chemin.

 

195