IMG_0378

      Puisque vous ne me causez plus de chagrin et que le souvenir que j'ai de vous se dissout dans l'épreuve que je traverse je vous serais gré de reconnaître mes nouvelles dispositions transcrites sur ce mur propice au soulagement de mes blessures.

Le doigt levé contre la coupe framboisière de l'espérance est le pôle de la délicatesse à venir. Je me suis avançé et cette course m'a mené au terme de l'ignorance pour maintenant, les reins ceints de la force, scruter avec mes semblables, à mesure de la course de l'univers, le silence de la terre qui tremble.

Au gré des catastrophes causant tant de sécheresse et d'inondation je me suis frayé un passage dans les forêts dévastées où sans défaillir j'ai inscrit la verdeur de mon chemin sous les auspices de la flamme de compassion couronnée des mille bougies de la contemplation.

Dorénavant je ne déchirerais plus les voiles de l'union qui me lient à Son règne  ;  et me levant tôt je parsemerais de fleurs et de poésie les plaies béantes de la souffrance pour accéder à cette invitation de briser le cadre de la vie ordinaire et découvrir derrière la sainte icône de l'attention devenue sagesse infinie le tendre amour si craquant de Ton nom irradiant sous la morsure aux lèvres blanches de la résurrection.

Il est des coupes à petits pois blancs sur fond de sang que la générosité ne peut atteindre. Aussi se lever et tendre l'aube devant le soleil de Ta grandeur ne peut que soutenir cet inflexible effort à naître par delà nos activités décérébrées qui quotidiennement nous poussent à nier notre vraie nature et à manquer la cible.

Embrasé par une force extrême j'ai pénétré le couloir de notre rencontre. La raison s'en était allée en toute hâte pour remplacer les gémissements de l'extrême faiblesse de l'homme en tinique de peau par le cri de la chair grillée de l'anéantissement. Là, j'ai su replier mes ailes pour entrer par effraction dans le saint des saints, vaste salle consulaire consacrée au retour de l'enfant prodigue.

J'ignore si l'édifice ne sera pas ébranlé et si nous pourrons retenir nos larmes lors de l'ultime séance au goût de vie éternelle lorsqu'à la tombée du jour nous caresserons enfin la douce main de la mise en abîme, celle qui tendrement mais fermement, et de toute éternité, nous convoquera à finaliser notre œuvre.

Une fois libre je pourrai alors consentir au contact mystérieux avec les êtres en tunique blanche venus de la foule bruyante que la joie communicative fait exulter devant la perspective d'accorder les précieuses faveurs de notre cœur enfin arrimé à l'élévation de l'âme au vide des espaces infinis.

Ne pleure pas. Lève ton regard vers les hautes frondaisons. Sois de mêche avec le temps qu'il fait. N'ignore pas la terre dont tu es issu. Ferme la porte après moi. Continue de marcher. Regarde. Il se pourrai que tu rencontres l'Autre à qui passer le témoin à la croisée des chemins par hasard dans le sourire du sans chagrin.

 

190