DSC03203

      A petits coups d'ailes   

parfois se reposant sur une queue fourchue   

les mufles s'accordaient.      

 

 

 

 Campés sur leurs sabots   

le corps lourd   

ils bombaient le torse.      

 

Salis par les mucus échangés   

leurs gueules nourrissaient   

de profonds rictus.      

 

Les ailes brassaient la lumière   

pour quelques confusions passagères   

faisant s'envoler la poussière des anges.      

 

La larve et le taurillon   

faisaient foi de vie    

leurs suins ostensiblement odorants.      

 

Les yeux injectés de sang   

ricanaient d'avidité   

pattes et sabots cliquettant une bourrée.      

 

"   Viens l'animal   

et me dit à l'oreille   

que le temps est venu.      

 

 Qu'étendre ces conflits   

au monde des entrants   

permettrait de signer l'absence d'origines.      

 

 Que d'un saut de puce à un autre saut de puce   

la montée en puissance de la connaissance   

ferait tâche de sang sur la patène.  "      

 

N'était cette danse à la vie à la mort   

serions en élévation   

nous   

les étoiles de la mélodie à venir.      

 

 

184