IMG_0011

    Cette remontée du centre de la terre

A belle allure vers le commencement du monde

Cette perspective où s'essouffle le père invectivé 

La brûlure des anciennes alliances que l'on découvre à demi-mortes le matin

La plainte des animaux égarés en d'étranges contrées enfin créées

Cette fuite vers des aubes promises

Cet élan brisé contre la vitre des immobilités

Cet éclair rouge sang du couteau contre le ventre

Ce suçon de paix donné à la va-vite le temps de l'éructation

Ce court-circuit des émotions vraies qu'un sourire enserre entre quatre planches  .

 

Ils sont partis

Ils ont fuit

Le courage à deux mains repliées sous la chape des convenances

Ne les arrêtent que la fatigue et le soir qui tombe

Errant de ruine en ruine

Dans un chariot de bric et de broc assumé

Le rétameur s'est éloigné dans un nuage de poussière

Et la route fût longue et par trop inhospitalière

Père et mère confondus à la craie graffés sur la carriole

Leurs noms écorchés à demi effacés

En vaines contorsions l'outil de braise fume en se mêlant à l'eau

Je bave et m'extrais hors de cette chappe carencée

Pour la parole habile

M'élever à la croisée des salves de l'entendement et du vertige  .

 

La chaleur d'un désir tendu sous la toile

Eclair blanc au zénith

La coquille éclate

Le jaune se fait soleil rayonnant

De cet éclat consacré au profond des origines

De cet imbroglio d'os et d'organes disjoints

Je pus grandir entre fiente et humidité

Poussé sur le devant de la scène

A noyer par l'alcool

Ces myriades d'étoiles alors entrevues

Si puissantes si fascinantes si monstrueuses

Dialoguant avec ce corps douloureux mon âme mon dieu .

 

J'ai conduit l'attelage jusqu'à son terme

Vers les plaines légères de pluie fine de vent soyeux de douce lumière 

Ce ne furent que grâce et beauté

Entre les barreaux de ma cellule à ciel ouvert

Entre les rayons de mes roues ces interstices à mon déplacement si particulier

Mon chapeau de lutin vissé sur la tête

A dire et à redire des "je t'aime"

Aux pattes douces mes frères et soeurs en création 

Mon unique raison

Ma déraison ultime  .

 

177