IMG_0925

     J'avais laissé Nadia chez des voisins qui habitaient en haut du lotissement et j'étais arrivé à la clinique juste pour te voir naître. Posé sur la poitrine de ta maman, tu respirais difficilement, le ventre gonflé par une grosse tumeur maligne accrochée à la colonne vertébrale.

Ta vie commençait.

 

Tu avais trois ou quatre ans. Cela se passait dans l'allée séparant notre bâtiment d'habitation des garages de la rue Nicolas Nicole. Tu avançais en balancier avec tes petits tréteaux de bois à bout de bras. Ton corps était rigidifié par un plâtre qui te recouvrait des pieds au thorax. Tu souriais, toi le grand Bédé comme je t'appelais, et tu m'incitais à reculer encore un peu pour me montrer comme tu marchais bien. Et je te prenais dans les bras et te soulevais.

 

Tu étais venu nous voir à Marcillat. Nous avions été te chercher à l'aéroport de Clermont-Ferrand en provenance de Marseille. Tu m'avais offert cette sculpture en terre émaillée, une lourde boule avec une noire excavation - incitation à aller fouiller plus avant le profond des choses non dites, et des aspérités pour se défendre d'éventuels prédateurs. J'ai pris cet objet comme un symbole de ta souffrance que tu gérais vaille que vaille et me demandais de partager. Depuis lors cette boule m'accompagne comme lien entre toi et moi. Tu avais vingt ans.

 

Forêt de Tronçais dans l'Allier. Je t'avais déposé en fauteuil dans une large allée magnifiée par de hautes futaies. Nous avions fait plusieurs centaines de mètres puis je suis parti devant en te laissant seul comme tu me l'avais suggéré. En revenant sur mes pas ... tu n'étais plus là ! Je t'ai appelé pendant de longues minutes. Tu ne répondais pas. Inquiet, je t'ai cherché pour enfin t'apercevoir immobile dans un petit chemin non loin de là. Il y  eut un long silence. Des odeurs d'humus dansaient tout autour de nous. Le vent dialoguait par un nappage d'effluves successives. Nous nous sommes tenus par la main dans le drapé des choses ressenties. J'ai su dès lors que nous étions du même bord, des frères, un père et son fils, en écoute et accueil à ce qui est.

 

De ces dernières années me reviennent les longs échanges téléphoniques que nous avions, toi mon fils Sylvain et moi papa Gaël comme tu m'appelais. Il était question de ce que tu vivais dans le moment et de certains flashs du passé que tu évoquais avec gourmandise. Que de bons souvenirs. J'entends encore ta voix lourde et traînante de ces longues nuits. Il n'y avait jamais de phrases toutes faites. Tu étais en recherche d'expression pour que précisément et clairement le parler dise l'essentiel. Et si parfois certains mots dépassaient ta pensée pour se retrouver en équilibre instable entre la beauté et le non sens par rapport à ce qui précédait, c'était pour la bonne cause, celle de l'innovation par rapport à là où tu en étais, toi l'esthète de ce qui s'advient. Et tu étais comme ça, souvent en avant, toi qui physiquement ne marchait pas. Je me souviens de certains thèmes qui revenaient dans nos conversations tels que ceux de la création, de la posture de l'artiste mais aussi de l'amitié et de l'amour - l'amour des corps, l'amour des êtres. Tu aimais les gens. Tu te plaignais rarement et c'était toujours moi qui abrégeait la conversation qui aurait pu durer des heures et des heures.

 

Et si tu es parti dans cette nuit du 18 au 19 octobre, c'est pour échapper à ta condition physique d'homme souffrant dont la santé ne faisait qu'empirer, mais c'est aussi pour poursuivre ton œuvre dans l'au-delà d'ici, toi le chercheur d'absolu et de vérité missionné par une force bien plus forte que toi, un appel impérieux que tu pressentais. Tu étais amusé, curieux, intéressé par les sujets que je pouvais évoquer, sujets ayant trait à l'esthétique, à la psychologie et à la spiritualité. Tu avais un humour parfois circonstancié, parfois ravageur, toi le dandy charmeur qui cultivait le bon mot à bon escient et jamais pour faire mal. Toi l'amoureux de la vie en désespoir de ce corps qui te faisait tant souffrir, ton regard perçant aux yeux en amande et ton sourire un rien ironique me clouaient sur la porte des granges pour entrevoir ton âme au travail vers la rédemption de ceux qui étrangement normaux dans leur conformité ne vivaient pas.

 

D'âme à âme tu es à mes côtés. Quand tu as été délivré de ta tunique de peau c'était quelques heures après le coup de fil que nous t'avions passé afin que tu sois associé aux obsèques de ton grand'père.

 

Un dernier mot : "pardon". Sache que je te demande pardon de ne pas avoir été plus souvent présent.

 

Au revoir Grand Bédé, mon fils, Sylvain .

 

171