DSC03297

     L'être humain est ternaire. Il est corps, psychisme et esprit.

Le corps, c'est ce qu'on voit de nous, il est faible et périssable.

Le psychique est l'étage intermédiaire. Il est le mouvement, l'émotionnel et le mental. Il est fluctuant. On ne peut pas construire sur lui. Le psychologique déblaie des choses. Il écarte des obstacles et peut rendre disponible à des éléments de connaissance de soi mais pas à notre éveil, à cet état de bien-être et d'unification avec ce qui est, à l'ultime accomplissement dans le mystère insondable de ce qui nous anime au plus profond de notre être, cet élan, cette "viridité" en marche, tel que le conçoit Hildegarde de Bingen.

L'esprit ou fine pointe de l'âme, ou le coeur, est ce qui est proche et communique avec les mondes supérieurs. L'esprit se reconnaît à ce qu'il est indestructible. Il est immense, clair et joyeux.

L'être humain est semblable à une lampe à huile dont le corps de la lampe, l'huile et la mêche seraient ses trois étages. Le corps serait l'objet en terre cuite de la lampe, le contenant fragile et nécessaire sans quoi ne s'enclencherait pas le processus de croissance de soi. Le psychique ou psychologique serait l'huile, métaphore du mouvement, des émotions, des richesses et de la beauté de l'être, de ce qui nourrit. La mêche serait l'esprit, le lieu même qui peut s'enflammer au feu divin.

Toutes ces composantes forment l'être humain en recherche d'harmonie avec toutefois une hiérarchie entre elles, la mêche spirituelle étant le summun de notre quête.

L'esprit est ce lieu étendu jusqu'à l'infini, cette lumière, cette joie qui domine les intempéries de l'existence et toutes les douleurs de l'être pour l'orienter vers sa réalisation.

 

( Texte librement inspiré de Jacqueline Kelen )

 

167