P1040916

      Elle rassemble des êtres qui n'ont rien de commun les uns avec les autres, des êtres qui sont dans l'impossibilité de se fuir eux-mêmes ou de fuir les autres . 

Forcés de rester ensemble, les hommes et les femmes de la haine brûlent sur place tout en essayant de se repousser mutuellement. Ce qu'ils exècrent le plus est moins ce qu'ils voient chez autrui que la haine qu'ils sentent que les autres éprouvent pour ce qu'ils voient en eux. C'est ce que les autres leurs renvoient de leur propre image et de leurs faits et gestes qui les fait se complaire dans la haine. Ils reconnaissent chez leurs frères et soeurs ce qu'ils détestent en eux. L'égoïsme, la jalousie, l'impuissance, la terreur, le désespoir, la haine, c'est le mal .

Ce n'est pas le mal qui est une entité négative, mais plutôt l'absence d'une perfection qui devrait être. Le mal est ennuyeux parce qu'il est l'absence d'une chose qui pourrait nous intéresser corps et âme, et intellect .

Ce qui peut nous attirer dans les actes pervers, ce n'est pas le mal, mais le bien qui s'y trouve, un bien vu sous un faux aspect, dans une perspective déformée. Un bien qu'on apperçoit comme un miroir aux alouettes, qui nous fait tendre la main, mais qui n'est qu'un appât dans un piège. Et quand le piège se referme, il ne reste que le dégoût, l'ennui ou la haine .

Les gens de la haine vivent dans un monde plein de trahisons, d'illusions, de manipulations, de mensonges et d'ennui. Et lorsqu'ils essayent de noyer cet ennui par le bruit, l'agitation et la violence, ils deviennent encore davantage ennuyeux. Ce sont des fléaux pour le monde et la société .

 

155