DSC01413    Tu n'en finis pas de partir .

Parfois quand de noirs nuages s'amoncellent et que la déroute plante son drapeau noir, ton cerveau se brouille, tu cries. Un cri au-delà de la douleur et de l'appel. Un cri aux causes abyssales. Un cri de personne humaine en proie à une rencontre improbable. Un cri qui dérange notre entendement habituel. Un cri outrancier qui veut nous montrer quelque chose. Mais quoi ? Qu'as-tu vu ? Quant à tes émotions, je n'ai pas la clé pour les décoder .

Tu erres dans ces contrées entre chien et loup, là où la grisaille d'un hiver saturé de givre grapille des images d'antan, où les vapeurs du marigot des origines modifient la conscience, là, où se croisent hallucinations et visions .

Tu es entre la vie et la mort mais la vie est la plus forte, même dans le dernier voyage, et c'est ce qui nous permet de ressentir la fragilité de cette vie, son visage unique et que fort de cette expérience ultime nous soyons de chair, d'esprit et d'âme les transcripteurs du grand mystère, nous les innocents, nous les adeptes de l'Emerveillement .

Tu cries et je t'entends au travers des couloirs de cette maison de retraite que tu n'as jamais pu faire tienne, tant ta difficulté à communiquer et à t'adapter était grande .

Ce ne sont plus des "Madame !" que tu profères mais de longs gémissements qui montent du profond de ton être pour s'adresser à quelqu'un d'indéfini, que tu ne peux nommer. Te sauver d'un danger ? Te soulager ? T'aider à franchir cette épreuve, ce bouleversement de l'être qui s'enfonce dans le labyrinthe fait de traces mnésiques et d'impasses ? Tu ne sais pas quoi demander, ta main décharnée serre ma main. Tu ne me demandes même plus de revenir chez toi, à la maison .

Tes fonctions vitales se sont réduites au manger et au dormir, et quand je m'éloigne ta plainte prolongée broie ma poitrine comme dans un étau et essore mon coeur .

Quant je te quitte après t'avoir embrassé, j'ai l'impression que ce sera la dernière fois ; et puis je ne reviens pas en arrière car je ne sais pas quoi faire pour t'aider, pour te rassurer, pour te calmer. Lâchement je t'abandonne, et alors je culpabilise !

Dès que je quitte l'étage où tu résides et que l'ascenseur atteind le Rez-de-chaussée, je n'entends plus tes cris mais néanmoins ils continuent de résonner au plus profond de mon être. Je suis abandonné. Je suis laissé de côté, moi le mal né ... comme toi peut-être. J'essaye de me faire à l'idée que je n'ai  plus de papa, je suis triste, je suis bouleversé, une grosse boule monte de mon ventre. Je me calme, je gère la situation tout en subissant un arrachement viscéral. Tes cris me suivent quand je médite, quand je marche sous la pluie, dans le vent, sous le soleil et j'entends ta voix m'appeler, doucement, très doucement telle une caresse, ta caresse, que tu me prodiguais quand dans mon petit lit d'enfant j'avais tant de mal à m'endormir .

Tu ne demandes expressément plus d'aide, tu sembles nommément ne plus demander de nouvelles à tes enfants. Tu es seul et le brouillard qui t'enveloppe suggère l'envol des corbeaux par un matin d'été frileux dans les hauts arbres qui bordaient le canal à Briennon .

Tu es là à attendre qu'une porte ultime s'ouvre dans le mur de cette chambre que tu n'as jamais investie. Tu es le passe-murailles d'une occasion à ne pas manquer. Tu attends un dernier train qui siffle dans le lointain mais qui tarde à apparaître. Tu n'as plus rien à donner. Ce qui t'appartenait ne t'appartient plus, ce qui était ton chez soi, tu en as été dépossédé. Ton appartement a été occupé, la vaisselle du dimanche et des jours de fête a été éparpillée, même ta signature a été copiée. D'espoir, point. De sourires sur ton visage, point. La trompette dont tu jouais à été offerte à un petit enfant. Ton dernier bagage est bouclé, et puis d'ailleurs ça fait bon temps que tu n'as plus de bagages. Tu as donné, ... nous avons pris .

Parfois, dans des moments de lucidité, tu as pu demander que ça avance un peu plus vite, que la fin du tunnel s'ouvre sur la grande lumière terminale, à ce qu'on dit. Mais le sais-tu ce qu'il y a après ? J'aurai tant voulu que nous parlions de ça. J'aurai tant voulu que tu prennes cette initiative... Et c'est maintenant que j'entends, que je mesure tout ce qu'un père est en capacité de donner à ses enfants quant il a la conscience de s'inscrire dans la grande chaîne des générations et que sa propre vie, unique et sacrée, est au service de l'autre .

Peut-être que ce sera cette nuit. Peut-être dans quelques jours. Devenir froid. Que les os se cassent comme du verre. Que le sang ne circule plus. Que l'immobilité soudaine soit un soulagement après la souffrance. Que le tic tac du pacemaker fasse un bruit d'enfer dans ce corps inerte .

Le véhicule noir n'est toujours pas arrivé. Mais que font-ils donc tous ces soit-disants vivants à boire du pastis, à jouer à la belotte, à se vautrer devant la télé,  alors que ça gèle en bord de banquise ! " J'attends, moi, le corbillard ! "

Je me souviens du tour de France que nous étions allé voir avec Charlot, dans les années cinquante. C'était une étape contre la montre. Le dernier coureur à passer était Anquetil qui avait le maillot jaune, et puis derrière avait suivi la voiture-balai. La fête finie, nous étions rentré par le train de Versailles pour descendre à la station du pont Mirabeau et rentrer à la maison par l'avenue Emile Zola. Je tenais à bout de bras un sachet de papier contenant quelques menus objets publicitaires que j'avais réussi à attraper aux passage de la caravane publicitaire. Il faisait beau, un soleil de juillet jouait avec les feuillages de l'avenue. J'aimais ce passage de l'ombre à la lumière et je sautais sur les plaques de fonte ajourée qui entouraient les arbres. J'étais heureux d'avoir passé un moment avec toi, papa, mon petit papa... Et cette voiture-balai qui se fait attendre !

Il y a quatre ans et demi, quand maman nous a quitté, je suis resté avec toi une semaine rue de la Jarry. C'était la dernière fois où j'ai été véritablement proche de toi. Tu ne m'as jamais posé de questions autres que strictement matérielles. Jamais tu n'as pleuré. Jamais tu n'as évoqué spontanément quelque souvenir. Si tristesse il y avait tu ne me l'a pas montré. Je faisais le "délicat" avec toi pour ne pas te faire entrevoir mon profond désarroi et je ne t'ai pas poussé pour que tous deux nous pleurions à propos du départ de notre femme et mère. J'avais peur que tu t'écroules. Je mesurais déja dans le silence que tu montrais - c'est toujours moi qui engageais la conversation - que ton état psychique était troublé. Tu semblais ailleurs de tout ça. Ton manque d'émotion me faisait froid dans le dos. Je n'ai pas su trouver les mots qui t'auraient fait te dire, te contacter dans ta sensibilité. Je savais que tu étais déja un peu parti .

Le 23 juin, date anniversaire de la naissance de maman, je prierai pour toi, papa. Que tu sois de ce monde ou ailleurs peu importe, tu n'es déjà tellement plus là. Ton départ, tu l'as anticipé depuis longtemps. Tu as vendu la maison de Saint-Flour comme pour clore un épisode de ta vie, comme pour brûler ses objets familiers parce qu'après toi il n'y aurait rien, rien que des étrangers qui fouilleront dans tes affaires, rien que des envahisseurs qui vont tout saccager. Tu n'as pas insisté pour que nous gardions cet ancrage familial. Tu nous as donné l'argent de la vente sans te retourner, sans prononcer de discours. D'émotions, point ; comme si quelque chose de toi était mort depuis bien longtemps. Tu étais déja sur le départ. Dans les semaines qui ont suivi tu as eu un grave ennui de santé dont tu t'es heureusement sorti. Et depuis tu attends la suite. Ce n'était pas ton heure. La ligne de démarcation passée, tu faisais comme s'il ne fallait pas se retourner. Question de vie ou de mort ? Fuite en avant ?

Dès lors que la terrible sénilité t'accable, que tu n'as plus ta tête, que la trinité de la dépression, d'Alzheimer et de la démence nous oblige à l'épreuve que nous devons traverser, toi et nous trois tes enfants qui sommes ainsi convoqués en tant qu'êtres de conscience et de compassion, de vulnérabilité, de transparence et de sang-froid, de réflexion et d'entendement à ce qui est ; nous nous devons d'être les témoins du grand oeuvre de la vie et de la mort pour nous soutenir dans l'accueil et l'entre aide afin de prêter main forte à ceux de nos proches qui en ont besoin. Nous ne devrions rien avoir à nous cacher. Nous devrions rester unis. Nous devrions nous parler. Les non-dits n'engendrent que repli sur soi, rejet et méconnaissance de l'autre et bien du malheur à nos enfants et petits enfants par l'ombre qu'ils jetteront sur notre mémoire collective .

Quand j'entends le glas de la finitude au clocher de l'existence, j'écoute, je vois, je suis triste, je pleure, je suis seul et ma solitude je la consomme avec mes proches, je la partage avec les miens que j'aime et qui m'aiment. Je la mâchonne, je la distille, je la "manduque", cette option absolue de finitude, pour qu'elle me nourrisse et m'aide à croître .

Oui, je prierai pour toi, pour t'accompagner, pour te soutenir, toi papa, corps et âme associés, pour parcourir avec toi ce chemin qui va de chez toi au cimetière où demeure maman .

Papa, je te promets de faire mémoire de ton histoire de vie, et d'honorer cette esquisse existentielle qui tu m'as transmis afin de faire fructifier la vie que tu m'as donnée, afin que fleurisse cette envie de faire plus que ce qui nous a été donné. Et ce, afin que celà soit de "la  bonne ouvrage" utile pour ceux qui nous suivront .

Il est un temps déraisonnable où l'on met les morts à table pour un dernier repas, hors faim et soif matérielles mais plein de faim et soif symboliques et spirituelles, afin de recueillir les miettes de vie qui nous permettront de grandir sur notre chemin de connaissances et de sagesse, de donner sens à sa vie et de s'effacer en osmose d'amour devant ce qui est .

Papa, dans ta démence, émane une aura où affleure, pure et limpide, une valeur profonde. L'ego brisé cède la place à l'essence humaine. Et pour celà tu m'es précieux .

Le 23 juin, je penserai à maman, je penserai à toi papa, je penserai à vous deux, mon frère et ma soeur, et ferai promesse de vivre ces dernières années qui me sont imparties, le plus simplement possible, dans l'écoute, la pudeur, le respect de la personnalité de chacun, le soutien et le conseil, à tous ceux qui seront en difficulté .

Nous ne devons pas nous faire de mal et avoir le courage d'échanger, d'entrer en contact avec nos proches, avec autrui, même si celà semble difficile parce pas très habituel dans notre culture familiale. Le silence s'il peut être régénérateur de soi à soi dans la méditation et la contemplation, est néfaste quant, se transformant en mutisme, il éteint la lampe de l'espoir .

Et puisque par chez nous tout fini par une chanson ou un mot gentil, disons qu'il ne faut pas peser ni sur son prochain, ni sur les autres, ni sur cette terre pleine du mystère de la création pour que nous, les "vivants en marche", demeurions en communion avec l'Autre qui reconnaîtra que nous sommes tous frères si nous nous aimons les uns les autres .

 

140