DSC00512

     Ce carrelage fait d'hexagones rougis .

Cette allée d'arbres bruissante d'un printemps pluvieux .

L'escalier à la rambarde de fer forgé .

Ce jour par dessous la porte de la chambre qui laisse monter les éclats de voix provenant de la salle du restaurant .

Ces fenêtres avec leurs ferrures  à l'ancienne .

Ce volet de bois mal fixé qui bat contre le mur quant une rafale de vent se lève .

Telle l'armoire avec sa vitre miroir d'un temps entreposé .                                                                             

Être là

à l'ombre des choses en place

assis dans le fauteil défonçé

des entrelacs d'idées mal négociées enturbanant mes pensées

souvenirs psalmodiés par une petite voix intérieure

je pris mes cliques et mes claques

boîte à images et carnet de moleskine

pour aller péleriner aux effluves d'antan .                                                                                       

Froidure et pluie métamorphosaient le sombre de l'air en plein après-midi

discret passage à cet état d'écoute permettant d'être dispos

pierre sur laquelle bâtir la cité des frères

Jérusalem céleste sans ses anges rendus visibles

Jérusalem juste existante pour accueillir le marcheur d'âmes

en quête d'un détour probable vers l'état prémonitoire des repentances

en quête de souffle et de lumière sur lesquels chevaucher

chercheur rendu à sa besogne

l'arceau d'un jeu de croquets alors obsolète

devant la maillet de la vacuité

le fomentateur des rencontres désirées

celles que la disponibilité sans attente permet de faire éclore

même au déplié des heures creuses

alors que monte d'entre les frênes et les ormes le chant froissé  de pluie et de couleurs mêlées

au jardin lumineux et parfumé

phrasé de pleurs en printemps

à la confluence des charges sonores

d'une eau rageuse raclant de galets invisibles

les marmites de géants .

 

139