DSC00457

 

De t'avoir rencontrée me remplit de joie, toi, différente de moi et pourtant si proche .

Tu m'accompagnes et me calmes lorsque le temps est à l'orage, que de noires pensées montent de mes gouffres amers et que mes réparties sont excessives .

Tes fermes colères que l'on pourrait croire feintes me sont le remu-méninges vibrant et salvateur lorsqu'atteinte par un assoupissement de l'attention et de l'âme je balbutie de vagues réponses devant le risque de la nouveauté .

Je t'aime, sans l'ombre d'un doute, que même notre arrivée conjointe sur une autre planète ne pourrait nous dispenser d'exprimer notre folle envie en miroir de chercher et de comprendre à tous propos ce qu'est la vie .

Je t'admire au-delà de toute considération restrictive, d'une admiration dispose et large, que même l'envol tardif d'un perdrix devant nos pas ne saurait nous distraire .

Et pourtant Dieu sait que j'aime les perdrix rouges qui de leur vol lourd et plat pourraient réveiller dans un sursaut salvateur le dormeur du val que j'ai si souvent tendance à être .

Devant notre énergie d'hommes debouts chargés des possibilités de réalisation à venir, la terre, notre champ d'activité, est si vaste, puissante et fragile à la fois, sensible, amoureuse et réceptive, qu'il nous arrive même d'entendre le murmure du commencement des commencements .

Ta parole tournée vers l'éternelle urgence à énoncer l'essence des choses me permet de poursuivre mon chemin, délié de toutes entraves, vers le clair ensemencement de mes jardins les plus profonds .

Tu m'accueilles avec tant de générosité, de promptitude et de justesse que je n'ai même pas le temps de te remercier. Dès que je te vois, je suis à l'affût pour te consommer avec ma tête et mon coeur, et dès que je me consume, dès ce que tu m'offres pénètre en moi, alors tu disparaîs, alors je fonds .

Tu es mère, grande soeur, ange et félibrige de mon coeur pour qui l'émoi que je ressens à ton égard est de suite transformé en "sens" clair et profond au service de mon engagement de fidélité à ton enseignement. Toi, ma flèche lumineuse .

Et puis je t'ai librement choisie comme étant mon amie alors qu'on ne choisit pas sa famille .

Et je serais toujours l'arc pour bander tes pensées réitérées avec force tant il est impérieux pour toi que nous les prenions en compte. L'état du monde actuel en dépend .

Ton message passe. Ta parole est reine. La fluidité de ta vision m'épouse. Les traces que tu laisses derrière toi, je les recueille au plus fort de mes perceptions et de mes capacités mentales pour les intégrer le temps d'une communion venue .

Ton visage est inscrit au profond de mon âme et pour peu qu'un souffle vienne à passer, aussitôt je me lève pour reprendre ce chant mystérieux qu'au cours d'une de nos premières rencontres je murmurais et qui depuis toujours m'accompagne lorsque je croise ta route .

Ton regard signe les instances de ces lieux de paix et de convocation à la vigilance d'une attentive flamme de pertinence .

S'il arrive de nous perdre quelques temps et que je te retrouve, aucun préambule n'est de mise dans le premier regard que tu me portes. Tu es là, je suis là, corps, âme et esprit prêts à la tâche qui nous incombe, ce grand oeuvre tissé de chaleur humaine, d'intentions de bonté et d'exigences de compréhension quant à notre posture à tenir dans nos temps si troublés .

Et si tu partais en voyage, sache qu'ici ou ailleurs il y aura de la place pour tes disciples, pour mes frères et soeurs en toi, afin de perpétuer le feu d'entre les eaux et le crâne, et nous entretenir de ce qui reste encore à faire .

Et puisque la vie est quête et pélerinage continu, tu es le bourdon du pélerin, le précieux bâton qui me soutient et avec lequel je calligraphie dans la poussière du chemin les lettres sacrées de notre écriture universelle .

Je t'aime, mon amie .

 

137