DSC00282

     Autant parler de moi .

Autant parler des pierres, des fleurs et puis des arbres .

Je leur ai parlé .

Je fais parti de cette confrérie des jardiniers de la création .

 

Je sais qu'il faut progresser les mains nues, oeuvrer dans l'instant, dans l'obéissance à ce qui est, être à l'écoute, et non pas s'affubler d'outils performants .

Et puis j'ai découvert que la nature parlait, et en l'écoutant, j'ai découvert le silence intérieur de la communion, de cette union de soi avec l'autre, que l'autre soit un minéral, un végétal, un être animal ou humain, ou bien une entité naturelle ou cosmique plus grande que soi .

Certes la nature ne parle pas français ou japonais, ni un langage symbolique, mais elle s'exprime par "résonance". L'on se met en position d'attente sans attente, de prière, de contemplation et le cerisier vous raconte une histoire, et le frêne, une autre histoire, et le hêtre une autre histoire encore .

Avec les chrétiens, à Pâque, on touche le mystère de la mort : s'il n'y a pas de mort, il n'y a pas de résurrection. Si j'amène ma petite fille voir l'amande en train de pourrir, je ne lui dis pas : "Regarde l'amande en train de pourrir", mais : "Regarde l'amandier en train de naître". Pour l'amande, c'est certainement un moment terrible, mais cette amande donne la vie. C'est le lâcher-prise, l'abandon, la confiance .

Les arbres nous donnent à grandir .

Un jour en me promenant, je croisais un pommier, avec à son pied un petit pommier pas plus haut que trois pommes en train de pousser. Je levais les yeux et vis une pomme pourrie accrochée au pommier. Je compris alors qu'il existait deux morts. Cette pomme aimait tellement sa maman qu'elle n'a pas voulu couper le cordon ombilical et est resté accroché à la branche où elle a pourri sans donner la vie. Une autre pomme, elle, est tombée. Elle a pris le risque d'aller voir ailleurs et coupant le cordon ombilical est tombé à terre ; elle est morte, mais de cette mort est né un pommier .

La nature nous apprend qu'il y a des sauts, des morts, des émondages, des ruptures dans le rythme, une obéissance nécessaire à faire avec confiance afin de retrouver l'acte premier, l'acte créateur .

 

134