DSC01487

     Cela se passait au cours du périple des initiations. Un jour, alors que le temps était à l'orage, nous perçûmes au travers de la course des nuages ce signe propitiatoire, cette enclume sortie du fond des cieux .

Lorsque le sourd ébranlement parcourut la montagne, nous fûmes alors projetés sur le sol pierreux face contre terre, tétanisés, à attendre la fin de cette colère dont les effets devaient se répercuter jusqu'au profond de nous-même .

Après un temps hors dimension, lorsque je me retournais et que le ciel étonnamment dégagé ne présentait aucune trace d'orage, tu étais là, mon frère, immobile, les vêtements ondulant au vent léger du matin, la barbe frissonnante et le regard doux porté sur la vallée des origines .

L'air était pur. Une odeur de fleurs fraîches s'élevait. Sans nous regarder nous prîmes notre bagage pour poursuivre l'ascension .

                                                                    

C'était il y a quelques siècles. Nous avions dès lors l'âge d'être vraiment des hommes conscients de nos responsabilités et de la tâche qui nous était impartie. Nous étions traversés par le destin qui se manifestait par cette force indicible et inflexible qui inexorablement nous engageait sur un chemin de connaissance et de sagesse, sur le chemin du grand Mystère. Là était le sens à donner à notre vie .

Souviens-toi de cette nuit où le vent hurlant accompagné de rafales de pluie froide faisait se rompre et se coucher les arbres derrière nous. La terre était en fureur. De si profondes ravines se creusaient devant nous que nous étions dans l'obligation d'implorer la providence pour en confiance continuer d'avancer en nous en remettant à plus grand que nous. Nous devions sortir grandis de cette épreuve .

Souviens-toi du temps calme de nos promenades à travers champs où chanter à tue-tête l'intense joie d'être simplement en vie nous emplissait d'insouscience et de plénitude. Il y avait de la légèreté tout autour de nous et main dans la main nous faisions un grand tour tout autour de la maison familiale, par delà les blonds champs de blé parsemés de bleuets, de marguerites et de coquelicots ondulant sous une brise légère pour faire apparaître les formes mouvantes de la bête qui se déplaçait en courbant les épis alors bruissants. Un frisson nous parcourait et c'était bon .

Le temps était vif ce matin. Habillé de ton tablier d'écolier usagé qu'on avait ressorti pour les vacances, tu descendais les solides marches de pierre du pas de porte pour, retrouvant ton bâton, aller tracer sur la terre battue du chemin ces signes qui me laissaient coi. Tu étais le guide qui me montrait  la voie .

Souviens-toi de ce passage étroit que nous empruntions pour sortir du soupirail des tentations. Il faisait sombre dans cette souillarde de tous les dangers mais jamais nous ne tombâmes dans le trou rempli d'eau. L'endroit ne recélait que le tonneau de vin du grand'père et sur des paillous quelques morceaux de fromages protégés par des torchons de toile épaisse .

Souviens-toi de cette ballade hivernale dans le haut pays où, par les routes déformées par la glace et la neige, l'aventure s'offrait à nous. Emmitoufflés sous les parkas et les bonnets, l'air froid entrant dans l'habitacle de toile du véhicule troué d'un large estafilade qu'un parapluie ouvert recouvrait, les cahots et les dérapages nous faisaient pousser des cris de victoire. Arrêtés en forêt nous rencontrâmes  l'onglée douloureuse suite au lancé des boules de neige contre le caravansérail de notre passé .

Nous ne verrons plus les caravanes lentes, chatoyantes et odorantes du suin des chameaux et des épices. Nous n'entendrons plus le cri des hommes guidant leurs montures récalcitrantes vers un ailleurs que nous ne soupçonnions pas. Me revient de ce désert des origines la vision du souffle brûlant des sables soulevés par le simoun et cette main tendue, brune et crevassée du sage vieillard surgi de nulle part qui s'ouvrant laissait apparaître le trésor, ce fruit dur, noir et ridé trouvé le long du chemin bordé de chardons et d'épineux .

                                                                       

Ne demeure aujourd'hui que le buisson bien normal de l'accompagnement de nos enfants ... Tiens ! Sur le parvis ils ont monté le chapiteau de la passion ...  L'on attendra la suite du grand livre des transformations .

De suite, il n'y en eu pas, toi le frère égaré .

Souviens-toi que d'entrer dans le corridor des naissances nous faisait si peur. Toi, tenant ton bâton et moi psalmodiant quelques formules magiques qui devaient nous aider à passer de l'autre côté, en nouveauté. Il n'y eu pas de seconde chance. Rien que les blocs de pierre épars du reflux de la pensée que le temps des atermoiements oriente vers l'avoir et la sécurité .

Les cieux se sont ouverts. Des cataractes d'eau ont balayé les traces de notre histoire. Enfants sages qui possèdions le don de se pourvoir par l'imagination dans ce pays lointain des aventures extraordinaires, nous avons maintenant cessé de chanter nos origines. Et parfois lorsque l'orage gronde, devant la cheminée au feu crépitant, nous reste alors le geste de remuer les cendres du passé, pour, à la croisée de l'émotion et de la sincérité, dire vrai, dire simplement ce qui est .

L'appel de notre mère, nous ne l'entendrons plus. Elle qui nous invitait pour le goûter devant un bol de lait chaud au banania à croquer à pleines dents les larges tartines de pain bis gonflées de confiture de groseilles et cassis ; larges tartines que notre grand'père avait coupées dans la tourte qu'il n'oubliait jamais de signer d'une croix lorsque pour la première fois il y portait le couteau. La clide de bois du jardin ne restera plus fermée pour empêcher les poules d'aller s'ébattre au milieu des plantations. Nous n'aurons plus à aller cueillir le persil au dernier moment pour garnir la salade de carottes râpées et les oeufs mimosas .

Quant à l'eau du puits qu'il fallait aller puiser à la fontaine dans ces seaux de zinc si lourds à la remontée, parfois lorsque le vent me dit, j'entends la Vieille rire .

Te souviens-tu ?  Rien que d'harmoniser le chant matutinal des oiseaux avec les cloches de l'église fait émerger ce goût acidulé d'avoir été si proche de toi, mon frère .

 

130