P1030989

     L'acceptation de soi-même est difficile. Il y a en nous l'étonnante demande d'être autre que nous ne sommes. Parce que nous nous sommes demandé, parce qu'on nous a demandé comme enfant d'être autre que nous étions. Nous avons refusé notre vérité, et c'est l'impasse .

     Ce qui nous a empêché de nous épanouir, c'est que nous n'avons pas assez été reconnu, aimé et accepté tel que nous étions. Aussi nous sommes nous jugé, pour ensuite nous condamner, tout au moins pour tel ou tel aspect de nous-même, en compensant par l'amour-propre ou la vanité. Alors que le véritable amour de soi, si fondamental, est exactement à l'opposé de l'égocentrisme .

     Cette non-acceptation de nous-même est la force de notre ego, la grande force de la prison qui nous coupe de la grande liberté de vraiment Être . Mais pourquoi donc ne pourrions pas nous aimer tels que nous sommes ? Et pourtant après tant de recherches, d'expériences, d'observations, d'erreurs aussi ; je vis .

     La vie nous aime, absolument, et à chaque instant. C'est elle qui nous a créé, et qui nous anime .

     L'amour que nous pouvons ressentir en certaines circonstances, devant un spectacle de la nature, devant un bel objet, devant une personne sage, devant une vision spirituelle, devant un flash "numineux", fait que se grave en nous un nouveau regard sur nous-même .

     Et puis derrière les coups durs, derrière l'épreuve, nous pouvons entrevoir quelque chose à la fois d'indicible, de très haut, de si essentiel et qui nous aime. A ce niveau le sens de l'ego individualisé s'efface de plus en plus pour que s'ouvre en nous humblement un chemin, le chemin correspondant à notre demande d'infini, d'illimité, d'absolu qui est le propre de l'homme debout, de l'homme en marche .

 

130